AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 UN ANGE PASSE...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: UN ANGE PASSE...   Dim 20 Juil - 11:23

Le titre : UN ANGE PASSE...

Votre nom : kalid

Genre : fantastique, humour, violence

Disclaimer : Tous les personnages appartiennent à Eric Kripke à la C W, etc., sauf ceux que j'aurais créés. Je ne détiens aucun droit sur cette série et je n'en tire aucun profit à part peut-être mon plaisir personnel.

Contenu : Sam et Dean Winchester principalement

Spoiler : Pas de spoilers

Résumé : Une malédiction lancée il y a près de 200 ans... Une vengeance mise à exécution et des campeurs qui tombent comme des mouches autour d'Hebgen Lake. Sorcières ? Esprits de sorcières ? Ou autre chose... Les frères enquêtent.

Vos notes : Les gentillesses, c'est fini ! Me voici de retour avec mon sadisme ! Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 20 Juil - 11:24

1818. Hebgen Lake, Montana

Les villageois s'étaient tous regroupés ce soir-là sur les bords du lac, torches à la main, sur les recommandations du pasteur. Cette nuit aurait lieu le procès de ces trois jeunes femmes. Voilà à peine quelques jours qu'elles étaient arrivées au village et elles n'avaient apporté que la mort.

"A MORT ! A MORT ! A MORT ! A MORT !"

"Du calme, mes amis !"

"Elles ont tué nos enfants ! Elles ne méritent pas de vivre !... Tuons-les !"

"Mes amis, écoutez-moi ! Nous sommes réunis aujourd'hui pour soumettre ces jeunes femmes au jugement divin..."

"Qu'est-ce que vous allez faire de nous ? Nous n'avons rien fait... Je vous le jure !..."

"Ne jure pas, impie ! Emmenez-la ! Ce sera la première..."

"NOOOOONNNN !"

Deux hommes la maintinrent solidement pendant que d'autres lui lièrent pieds et mains en ajoutant du lest. Désormais incapable de bouger par elle-même, la jeune fille en larmes fut transportée de force dans une barque avant d'être jetée en plein milieu du lac.

"SHERYN ! NOOONNNN ! Et vous, ça vous amuse de faire du mal comme ça ?! Elle était innocente... Elle n'avait rien fait !..."

"Laisse Dieu seul en juger !"

Il fit un petit signe de tête aux villageois qui lui répondirent par la négative. Elle n'avait pas reparu à la surface.

"SHEEEERRRRRYYYYNNN !"

"Dieu l'accueillera comme il se doit !..." (en se signant et baisant son chapelet)

"Je n'ai que faire de votre 'Dieu' ! Vous venez de tuer ma petite soeur ! Ne croyez pas vous en sortir comme ça !" (ivre de rage)

"Des menaces, sorcière ?"

"Prends-le comme tu veux, vieux fou ! Mais sache que ton Dieu ne pourra rien contre ma vengeance !!!"

"Assez parlé ! Attachez-la au bûcher et préparez l'autre !"

"Je vous tuerai tous, vous m'entendez ? Tous ! Vous et votre descendance !"

Ils installèrent la deuxième jeune femme sur un cheval, les mains liées dans le dos, et lui passèrent un noeud coulant autour du cou. Ils frappèrent la croupe de l'animal qui s'enfuit au galop, laissant la pauvre fille au bout de la corde. Elle se débattit vaillamment, même si elle savait qu'il n'y aurait aucune chance pour qu'elle s'en sorte. Au bout de quelques minutes, on entendit un craquement et son corps se raidit au bout de la branche. La dernière poussa un cri déchirant alors que les villageois mettaient le feu à la paille à ses pieds. Il y avait autant de larmes de tristesse que de larmes de colère dans ses yeux.

"Chrissy..."

Elle baissa la tête et se mit à rire, attisant la peur parmi la foule amassée autour d'elle.

"Vous pensez réellement qu'un malheureux feu de bois viendra à bout de moi ? Pauvres petits humains naïfs !... Le calvaire ne fait que commencer... Vous avez peut-être tué mes soeurs, mais vous vous êtes trompés. C'est moi la plus dangereuse des trois. Vous vous êtes attaqués à ma famille ! Ma vengeance sera terrible et rien ni personne ne pourra m'empêcher de faire un massacre !!!... AHAHAHAHAH ! AHAHAHAHAH !"

Les flammes commençaient à l'envelopper toute entière. Bientôt elle ne serait plus qu'une torche humaine. Bientôt elle ne serait plus qu'un brasier sans nom, et elle redeviendrait cendres.

"Je vous tuerai tous ! Soyez maudits ! Rendez-vous en Enfer !!!"

Et elle disparut dans les flammes au grand soulagement de tous. Cette nuit-là, on entendit des cris de liesse dans toute la région du lac. Dieu avait jugé ces impies. Tout irait mieux maintenant.


De nos jours. Hebgen Lake, Montana.

Des bulles apparurent à la surface de l'eau, venant troubler le calme qui y régnait alors. Le bouillonnement alla croissant, puis plus rien.

Sur les berges du lac, aux abords de la forêt, un groupe d'amis était venu profiter des beaux jours pour faire un peu de camping.

"Wow ! Quand ils disaient sur la brochure que la vue donnait un avant-goût de paradis, je ne m'attendais pas à ça !" (émerveillée)

"Du calme, Charlie ! T'as encore rien vu ! Attends un peu ce soir et tu sauras ce qu'est le paradis !"

"T'es immonde !" (en tapant du poing contre l'épaule du jeune homme)

"Ne fais pas ta prude ! Surtout toi ! T'es mal placée pour me faire la morale !... Et puis, c'est toi qui a insisté pour venir passer le week-end avec nous... Tu savais très bien à quoi t'attendre... A tes risques et périls !"

"Hugo, au lieu de dire des conneries, aide-nous plutôt à monter la tente !"

Le principal intéressé fit un large sourire et vint aider ses amis. Quant à Charlie, elle affichait une moue dégoûtée.

"Il est hors de question que je dorme avec ce pervers dans cette tente !"

"Désolée chérie, mais on en a qu'une ! Ce sont les joies du camping. Faudra faire avec ! Et puis, dis-toi qu'il ne s'agit que de deux malheureuses nuits..."

"Ah ! Ah ! Ah ! Je préfère encore dormir dehors... à la belle étoile... Au moins je suis sûre qu'il ne m'arrivera rien !..."

"Que tu dis ! Mais as-tu pensé aux bêtes sauvages ? Non. Franchement, ça ne serait pas prudent pour toi de ne pas partager la tente avec nous..."

"Et puis on promet d'être sages !"

"ça suffit les gars ! Assez plaisanté ! Si ça continue comme ça, plus aucune fille ne voudra nous accompagner..."

A cette perspective sinistre, la bande de potes se figea littéralement sur place, arrachant un fou rire au jeune homme.

"Jason, t'es vraiment trop con !"

"Peut-être... mais un con intelligent. Avouez que vous n'y aviez pas pensé !" (sourire aux lèvres)

Les garçons haussèrent les épaules en soupirant. Evidemment non.

"Bon, c'est pas tout ça, mais il nous reste quatre heures avant que le soleil ne se couche... Que pensez-vous d'aller vous balader ?"

"T'es dingue ? Après tout ce qu'on vient de faire ?"

"Dylan, on vient simplement de monter une tente..."

"Exactement ! J'suis vanné, moi !"

"Et vous autres ?"

Jason voyait bien que son idée était loin de faire l'unanimité et ça le rendait un peu malade. Après tout, s'ils étaient venus ici, c'était pour profiter du paysage et du grand air pour se ressourcer... Pas pour fainéanter. Mais allez dire ça à ceux pour qui c'était un sport national ! Il soupira.

"Tant pis. J'irai seul ! Je serai de retour dans deux ou trois heures. Vous n'aurez qu'à préparer le dîner..."

"Tiens ! C'est une bonne idée, ça ! Qu'est-ce qu'on mange ?"

"ça ne dépend que de toi, Andrew ! Qu'as-tu chassé ?"

Devant la mine déconfite du jeune homme, il pouffa et lui désigna le merveilleux objet qui se trouvait derrière lui : la glacière.

"Il n'y a plus qu'à réchauffer... ça sera dans vos cordes, vous pensez ?"

"Moque-toi ! Mais nous on ne va pas se perdre en pleine nature !"

"Tu sais que tu sais être comique quand tu veux, Daryl ?"

Ce dernier afficha son plus beau sourire, finissant de désespérer son ami qui les avait conduits ici. Jason leur fit un petit signe de la main et s'éloigna en soupirant.

A peine avait-il tourné les talons que la jeune fille, Charlie, partit faire bronzette sur l'herbe dans son maillot deux pièces, sous les sifflements et les regards admiratifs de ses amis.

"Hé Charlie ! N'hésite surtout pas si t'as besoin d'aide pour te badigeonner de crème !"

Sans même prendre la peine de se retourner, elle leur fit un doigt d'honneur et alla s'installer sur sa serviette, la poitrine en avant et les lunettes de soleil vissées sur le nez. Derrière elle, elle ne perçut que soupirs déçus et grognements. Elle sourit.

Cela faisait maintenant plus d'une heure que Jason flanait sur les rives du lac, s'attardant sur chaque paysage... sur chaque fleur, respirant à grandes bouffées cet air frais qui lui faisait tellement défaut. Il s'arrêta un instant et ferma les yeux pour mieux profiter de ce moment de paix et d'harmonie. Au milieu du lac, l'eau se remit à bouillonner de plus belle et avec force.

Aide-moi !

Jason rouvrit ses yeux. Il avait entendu... Il croyait avoir entendu une voix... Pourtant il ne voyait rien. Il n'y avait personne à des mètres à la ronde. Même pas ses amis.

"Y'a quelqu'un ?"

Il y eut de nouveau un silence.

AIDE-MOI !

Au milieu du lac, le bouillonnement avait cessé. En son lieu et place, un corps flottait à la surface, tête dans l'eau.

"Merde !"

Il regarda tout autour de lui. Personne. Personne n'avait entendu de voix et encore moins de cri. Lui seul pouvait aller secourir cette personne. Sans se poser plus de questions, il plongea dans les eaux transparentes du lac et nagea jusqu'à la forme. Une femme. C'était une femme. Mais elle n'avait pas l'air au meilleur de sa forme. Déjà ses lèvres avaient commencé à bleuir et son teint était pâle. Mais même comme ça, elle était magnifique ! Jason la prit par la taille et nagea jusqu'à la rive. Il y déposa le corps inerte de la jeune femme et commença à lui prodiguer les premiers soins.

Elle ne respirait plus. Il l'allongea sur le dos et entreprit un massage cardiaque. Toujours rien. Le pauvre bougre commençait à désespérer. Il n'avait tout de même pas sorti la belle des eaux pour qu'elle meure arrivée sur la terre ferme ! Il la regarda en soupirant. Dieu qu'elle était belle ! Si belle qu'il lui semblait être un crime de la toucher et de la réveiller. Le jeune homme hésita encore un peu et se décida finalement à lui faire du bouche-à-bouche. Il y mit toute son ardeur. Il voulait qu'elle vive ! Entre temps, il continuait les massages cardiaques, attendant avec espoir que la belle ouvre les yeux. Il allait arrêter quand soudain...

Jason s'affola. Il ne pouvait retirer ses lèvres de celles de la belle inconnue et il sentait un liquide froid envahir peu à peu ses poumons. Son sang se glaça dans ses veines. Il avait froid. Il n'arrivait plus à respirer. Il se sentait vidé. Il s'écroula sur la jeune femme, les yeux écarquillés de terreur. Il était mort.

Quant au reste du groupe, ils s'étaient confortablement installés à l'ombre dans la forêt, pour profiter au maximum de ces derniers instants de paresse. Bientôt viendrait le dîner et il faudrait tout préparer. Les garçons étaient restés seuls au camp, Charlie ayant prétexté une envie pressante. La brise jouait avec les branches des arbres et apportait un peu de fraîcheur.

Viens vers moi !

"Z'avez entendu ça les mecs ?"

"Quoi ?"

"La voix..."

Ses amis éclatèrent de rire.

"Une voix ?"

"Ouais. Elle était si douce... si sensuelle..." (d'un air rêveur)

"Arrête de fantasmer, Andrew ! Ici, on est au milieu de nulle part. Tu ne trouveras pas ta naïade dans le coin !"

Il fit une moue déçue et reprit sa place par terre.

Viens vers moi !

"Là, ne me dites pas que vous l'avez pas entendue !"

Ses amis froncèrent les sourcils. A part des oiseaux, ils n'avaient rien entendu.

"T'as dû te tromper ! Y'a rien ici ! T'es tout seul à l'entendre c'te voix !"

"Mais qui sait, peut-être que t'es comme Jeanne d'Arc !"

"Z'êtes vraiment trop cons !" (en s'éloignant)

"Ben quoi ? Fais pas cette tête ! Reviens !"

Le jeune homme lui fit signe qu'il n'en avait rien à foutre et partit à la recherche de cette voix enchanteresse. Au détour d'un chemin, non loin du campement, il croisa une magnifique jeune femme.

Viens vers moi !

Il était subjugué par sa beauté et restait comme prostré devant elle. Il ne bougea pas d'un cil lorsqu'elle se pencha vers lui et l'embrassa fougueusement. Il se débattit à peine. Sourire aux lèvres, elle le relâcha au bout de quelques secondes, visiblement mort. Puis elle reprit sa route en direction du campement des jeunes gens, usant de son charme et de sa voix. Elle se reput sur les corps des jeunes hommes qui l'avaient si généreusement invitée.

Entre temps, Charlie était revenue de sa virée, l'âme joyeuse, rêvant à la superbe soirée qui s'annonçait. Mais tout ce qu'elle vit en arrivant au campement, ce fut cette femme qui lâchait le corps d'Hugo au sol, mort. A dire vrai, tous ses amis semblaient morts, dispersés ici et là dans les bois. Totalement paniquée, elle eut à peine le temps de mettre sa main devant sa bouche et de verser des torrents de larmes qu'elle entendit une voix moqueuse derrière elle.

"Alors chérie, t'es perdue ? Tu sais, c'est vraiment pas beau d'espionner les gens comme ça... C'est même très vilain ! Hé Kelly, vise-moi un peu ce que j'ai trouvé ici !"

La jeune fille était terrorisée. Elle ne pouvait détacher ses yeux de ses amis, si rieurs il y a encore quelques minutes et qui affichaient maintenant des teints blafards. On lisait la terreur sur leurs visages. C'était ce qui la frappait le plus. Comment une simple femme avait pu leur causer une telle frayeur ?

"Je vois que tu as trouvé de quoi t'amuser, toi aussi !" (avec un sourire malsain)

Charlie fronça les sourcils. C'était donc ça. Elle n'était qu'une simple amusette ! Elle regarda la jeune femme s'avancer vers elle. Elle aurait voulu s'enfuir, mais à sa plus grande terreur, elle était comme paralysée. Elle ouvrit la bouche pour parler, mais ses supplications moururent à ses lèvres et elle porta ses mains à son cou. Pourquoi était-ce si serré ? Pourquoi elle n'arrivait plus à respirer ? Elle ouvrit grands ses yeux à mesure qu'elle perdait le précieux oxygène et que son visage prenait une teinte violacée. Elle ne comprenait pas ce qu'il se passait. Elle ne comprenait pas pourquoi et comment on pouvait prendre un tel plaisir à faire souffrir autrui. Ses questions demeurèrent sans réponse. Quelque chose venait de se briser en elle, dans un craquement sinistre, et l'avait laissée sans voix et sans vie. Elle s'écroula au sol pour ne plus jamais se relever.

Les deux jeunes femmes l'observèrent avec application et éclatèrent de rire.

Pendant ce temps, sur l'herbe fraîche et humide de la rive, la jeune inconnue ouvrait grands ses yeux et poussait avec horreur le corps sans vie de ce jeune homme qui gisait sur elle. Affolée, elle se releva aussi vite que ses membres frêles le lui permettaient et s'enfuit au loin. De l'autre côté du lac, une autre jeune femme observait la scène en souriant.

"Bienvenue parmi nous, petite soeur !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 20 Juil - 11:35

Sam laissa ses affaires dans un coin de la pièce, prit un des cookies que son amie avait préparé pour lui avec amour et se dirigea vers la chambre, l'humeur joyeuse. Totalement exténué par la virée qu'il venait de faire avec son frère et soucieux d'être en forme pour son entretien de demain, il se laissa retomber en arrière sur le lit et ferma les yeux, un sourire aux lèvres, sans prendre le temps ni de se déshabiller ni de défaire les draps. Il se laissa aller quelques instants à la douce mélodie du bonheur puis soudain...

De fines gouttelettes vinrent s'écraser sur son visage et troubler sa quiétude. Incommodé par ces trouble-fête, il tourna sa tête tantôt à gauche tantôt à droite dans l'espoir de leur échapper. Sans succès. Il soupira intérieurement et se décida à ouvrir les yeux. Son regard s'attarda sur un point blanc au plafond.

En l'espace d'un instant, il avait regretté son geste. Il aurait voulu ne pas le voir... Il aurait voulu ne pas le connaître... Mais la vie nous joue parfois de sales tours. Le simple fait d'avoir ouvert les yeux avait comme amorcé le début du 'spectacle'. Celle dont il voulait faire sa femme était comme clouée au plafond. Elle portait cette robe de nuit blanche qu'il lui avait offerte pour son anniversaire et qui la mettait si bien en valeur. Au niveau du bas ventre, une tache d'un rouge insolent avait remplacé le blanc immaculé et venait lui rappeler l'horreur de la scène.

"Sam ! Pourquoi, Sam ? Pourquoi ?"

Il l'entendit encore prononcer son nom avant qu'elle ne soit entièrement avalée par les flammes.

"Non ! Non ! Non ! Jess !" (en gesticulant dans tous les sens mais hypnotisé par le brasier qui avait pris au plafond, juste au-dessus de leur lit)

Ce cauchemar, il n'avait cessé de le faire depuis la mort de Jess, il y a de ça déjà quelques mois. A force, c'était devenu une sorte de train-train quotidien. Pour peu, il s'y serait presque habitué. Enfin, c'est ce qu'il aurait voulu faire croire à son frère, même s'il savait qu'il ne serait jamais dupe. Dean le connaissait trop bien pour ça.

Ce cauchemar étant fini, il s'attendait donc inconsciemment à se réveiller, mais ce ne fut pas le cas cette fois-ci. C'était comme si on le forçait à rester là... C'était comme s'il n'avait pas tout vu ce qu'il avait à voir... Sitôt que Jess disparut dans les flammes, Sam se retrouva sur un tapis d'herbe fraîche, au bord d'un lac. Sam ne comprenait pas. Il ne connaissait pas cet endroit. Le cadre était superbe, le paysage idyllique. Il aurait été le lieu parfait pour passer une lune de miel. Cette seule pensée lui serra le coeur. Il devait se rendre à l'évidence. Il l'avait perdue. Pour toujours. Et même lui n'y pourrait rien y faire.

Mais pourquoi était-il ici ? Il y avait bien une raison. Il y avait toujours une raison, pas vrai ? Il fronça les sourcils et sembla réfléchir. Il rêvait. De ça, il en était sûr. Chose curieuse cependant, il pouvait évoluer... bouger... comme si tout ceci était bien réel... Et là, tout de suite, ce n'était pas pour le rassurer. Que s'était-il passé ? Qu'allait-il se passer ? Pire encore, qu'allait-il découvrir ? Ce fut donc avec appréhension qu'il entreprit de marcher le long de la rive.

Plus il avançait plus le paysage changeait. D'idyllique, il était devenu paysage de mort. D'énormes nuages noirs avaient obscurci le ciel. L'herbe, si verte il y a encore quelques instants, était tellement grillée qu'elle avait fini par disparaître par endroit. Tout n'était plus qu'arbres morts et paysage de désolation.

Sam déglutit. Il avait en lui ce sentiment étrange qui lui nouait l'estomac. Quelque chose lui disait qu'il n'allait pas apprécier ce qu'il allait trouver. Malgré tout, il poursuivit son chemin. Il devait en avoir le coeur net. Quelle que soit cette nouvelle, bonne ou mauvaise, il devait savoir. Il régnait autour du lac un silence de mort. Pas un bruit ne filtrait... ou presque. Juste un petit clapotis... Juste un léger bouillonnement qui semblait venir de plus loin... Attiré malgré lui par ce son si ordinaire et en même temps si effrayant, il s'en approcha de la source. Et ce fut là qu'il le vit.

Il resta comme paralysé, comme tétanisé, les jambes flageolantes, le visage blême et les larmes au bord des yeux. Elles ne tardèrent d'ailleurs pas à se libérer et glissèrent le long de ses joues. Comment avait-il bien pu l'oublier ? Comment tout ceci avait bien pu arriver ? Il avança de quelques pas, juste assez pour se laisser tomber auprès du corps qui gisait pour moitié dans l'eau et pour l'autre sur la rive.

"Dean..."

Son visage avait perdu toutes ses couleurs, ne laissant qu'un teint livide et des lèvres bleuies. La main tremblante, il mit deux doigts sur la jugulaire de celui qui avait toujours été là pour lui. A son grand dam, il ne sentit aucun pouls. Alors, avec toute l'énergie du désespoir, Sam tira son frère sur la terre ferme et commença bouche-à-bouche et massage cardique. Tout ceci ne devait pas finir ainsi. Cela ne pouvait pas finir ainsi. Ils venaient juste de se retrouver, il ne pouvait pas déjà le laisser seul. Il n'en avait tout simplement pas le droit !

"Dean !"

Il continuait d'effectuer les gestes de premier secours. Sans grand résultat. Il n'y avait que lorsque Sam faisait les massages cardiaques que le corps de Dean semblait prendre vie, secoué par les gestes acharnés de ce frère qui refusait de voir partir son aîné. Mais le fait était là. C'était déjà trop tard. Il était arrivé trop tard pour le sauver et il ne lui resterait plus en mémoire que ce visage aux yeux clos qui semblait si paisible.

"DEAN !!!"

Il prit dans ses bras le corps de ce frère tant chéri et le berça comme Dean le faisait pour lui autrefois, écartant de son visage une mèche de cheveux humide. Rien. Pas de réaction. Aucune moquerie. Aucun geste de recul. Non. Juste un corps froid et sans vie.

"DEAN ! NON ! NOOOOOOONNNN !" (sans cesser de le bercer)

Au loin, on entendit un ricanement féminin sinistre qui parvint presque à couvrir ses propres cris.

"NON ! NON ! NOOOOOOOOOOONNNN !"

Sam se réveilla en sursaut et en nage dans la chambre de motel qu'ils avaient louée quelques heures plus tôt, le tout sous l'oeil inquiet de son grand frère.

"Sam, ça va ?"

Il ne répondit pas, trop absorbé par ses pensées.

"Sammy ! Sam ! SAM !"

Le principal intéressé daigna enfin regarder son frère, les yeux hagards et le regard empli de tristesse.

"Toujours ce même cauchemar ?"

Pour toute réponse, Sam hocha la tête.

"Tu veux en parler ?"

Il lui fit un signe de tête négatif.

"Tu diras c'que tu voudras, mais il faudra bien qu'on en parle un jour de tes cauchemars ou bientôt ce sont eux qui te tueront !..."

"Tu crois pas que tu noircis un peu le tableau, là ?"

"Moi ? Rappelle-moi la dernière fois où tu as dormi !..."

"Dean... Je viens tout juste de dormir..."

"A d'autres ! De là où j'étais, ça ne ressemblait pas franchement à ça !"

"J'ai quand même grapillé quelques heures..."

"Mais pour combien de temps encore ? Sam, tu tiens à peine sur tes deux jambes et tes paupières ne rêvent que d'une chose : se refermer !"

"Je vais bien ! C'est juste... Laisse-moi un peu de temps !... Et puis, si ça continue, je finirais bien par m'y habituer..."

Dean le regarda d'un air encore moins convaincu que d'habitude. Sans doute était-ce parce qu'il n'y croyait pas lui-même. Jamais il ne pourrait redevenir le même après ce qu'il était arrivé à Jess. La voir mourir encore et encore, c'était son châtiment pour ne pas avoir réussi à la sauver.

Pour ce qui était de Dean, il n'était pas prêt à le voir disparaître de sa vie. Il avait trop souffert par sa faute. Combien de fois l'avait-il vu entre la vie et la mort dans un de ces nombreux hôpitaux qu'il avaient 'visités' ? Des dizaines ? Des centaines ? ça faisait bien longtemps qu'il avait arrêté de compter. Mais mourir, c'était différent. Il ne pouvait mourir qu'une fois. Il n'avait le droit qu'à une seule chance, qu'à une seule vie, et Sam les avait vu filer toutes les deux dans son cauchemar. Non. Il n'était pas prêt à ce que tout cela se réalise. Il n'était pas prêt à perdre son frère, son héros de toujours... Mais il se voyait mal lui expliquer qu'il avait un besoin viscéral de le serrer dans ses bras pour être bien sûr qu'il était là avec lui.

"Sam ! Tu m'écoutes ?!"

"Mmmh...? Non..." (la tête ailleurs)

Dean laissa retomber sa tête sur sa poitrine en soupirant.

"Sammy... Tu sais quoi ? J'pense que tu devrais arrêter l'honnêteté... Dans ta bouche, c'est encore pire que des mensonges !..." (en grimaçant)

"Hein ? Quoi ?"

"Non. Rien. Oublie. Je disais donc, pendant que Monsieur Je-n'ai-pas-sommeil rêvassait les yeux ouverts, que je nous ai trouvé une nouvelle chasse..."

"Ah ?"

"Je savoure ton enthousiasme, mon petit Sammy !..." (moqueur)

"Arrête de te foutre de moi !" (en lui donnant gentiment un coup de poing dans l'épaule)

"Moi ? Impensable !"

"Ouais... Ouais... C'est ça !..."

"Quoi ? Tu n'me crois pas ? ça me blesse !..."

"Crétin !"

"Idiot !"

"Bon alors, qu'est-ce que t'as ?"

"On a retrouvé un groupe de jeunes à Hebgen Lake. Tous morts."

"Et alors ? Je n'vois pas en quoi ça nous concerne !..."

"Du calme, Sammy ! Laisse-moi finir !... Les garçons ont été retrouvés noyés... La fille qui les accompagnait, étranglée..."

"Je ne vois touj..."

"J'ai pas fini ! A part un des garçons, aucun n'avait séjourné dans l'eau... Et pour la fille, c'est encore plus étrange... Dans le journal, ils disent qu'elle ne portait aucune marque de violence. Pas de bleus. Pas d'hématomes. Pas de griffures."

"Oh !"

"Comme tu dis !"

"Et tu penses à quoi ?"

"J'en sais rien pour l'instant, mais je pense que ça vaut le coup d'enquêter. On avisera sur place !"

Sam hocha la tête en silence et alla préparer ses affaires en vitesse. Avec de la chance, il ne rêverait plus d'ici là. Et avec cette prétendue chasse, il pourrait au moins se changer les idées et effacer de son esprit cette vision d'horreur qui le hantait à chaque fois qu'il fermait les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 20 Juil - 11:37

"T'es sûr qu'on est au bon endroit ?"

Cela faisait plusieurs heures déjà que les frères étaient sur l'Hebgen Lake Road sans rien voir d'autre que le paysage. Dean n'avait rien contre la nature, mais ça n'avait jamais été sa tasse de thé... et ne le serait sans doute jamais. Encore heureux que la route était bonne, sinon il n'aurait pas roulé une seconde de plus au milieu de nulle part.

"Tu t'attendais à quoi aussi proche du parc de Yellowstone ? A une grande ville avec des gratte-ciel et des bars à chaque coin de rue ?" (en le regardant, agacé par les soupirs incessants provenant du côté conducteur)

"Figure-toi que j'aurais apprécié !..."

Il y eut un silence puis il reprit.

"Je sens que ce voyage va être long... Long et ennuyeux... Tout comme cette enquête d'ailleurs..." (en soupirant de plus belle)

"Rappelle-moi qui l'a trouvée cette chasse !..."

"Ouais... C'est ça, moque-toi ! Tu perds rien pour attendre ! Putain ! Elle est où cette morgue ? Perdue en plein désert ?" (en maugréant)

"Dean..."

"QUOI ?"

"On est perdus, c'est ça ?"

"Dis-le moi ! C'est toi le crétin qui a la carte !"

"C'est un coup bas, ça !"

"Je dis ce qui est. Je suis les consignes du copilote et le copilote me dit 'je ne sais pas où on est...' Alors, ça ressemble à quoi pour toi ?"

"A de la mauvaise foi..." (murmure)

"J'ai entendu, Sam !"

"M'en fiche !"

Dean se gara sur le bas-côté et arracha la carte des mains de son frère, essayant de se repérer comme il pouvait. Il arqua un sourcil, perplexe. Il devait se rendre à l'évidence. Il n'était pas plus avancé que son frère. Ils étaient perdus au milieu de nulle part et il n'y avait pas âme qui vive. Juste cette route qui semblait infinie.

"Génial ! On a l'air malins maintenant !"

Il frappa le volant d'un coup de poing rageur, sans porter la moindre attention à son petit frère. Il lui en voulait trop pour ça. Ah ! Ils étaient beaux les fameux chasseurs de créatures perdus sur une grande route ! Ils avaient vraiment l'air fin !... Il laissa retomber sa tête sur sa poitrine en soupirant et ferma les yeux.

Quelques minutes plus tard, un bruit de pétard le tira de sa torpeur. Il ouvrit les yeux et tourna la tête vers l'origine de ce bruit si agréablement désagréable... et fut étonné de voir un autre véhicule. ça roule ce truc ? Mais il fut encore plus surpris quand ce dernier se rangea juste derrière l'Impala et qu'une somptueuse créature en descendit. Deux jambes fines et élégantes habillées d'un simple mini-short moulant - Dean n'avait pas osé s'aventurer plus loin - s'approchèrent de la portière conducteur. La jeune femme toqua gentiment au carreau pour attirer leur attention, les faisant légèrement sursauter, même s'ils s'étaient déjà aperçus de sa présence.

Dean baissa la vitre et se retrouva face à un ange. Ebloui par tant de beauté, il n'arrivait pas à articuler un seul mot.

"Je peux vous aider ?"

"Vous le faites déjà..."

"Pardon ?"

"Excusez mon ami. Il a conduit toute la nuit, alors... il n'est plus tout à fait lui-même..." (esquissant un sourire gêné)

Dean fronça les sourcils et jeta un regard noir à son petit frère qui lui fit son plus beau sourire.

"Ne l'écoutez pas mademoiselle !..."

"Appelez-moi Amy..."

"Amy... Ne l'écoutez pas... Il est juste jaloux parce qu'il ne vous a pas vu en premier !"

La jeune femme rougit jusqu'aux oreilles. Elle avait l'habitude de ce genre de remarques, mais là elle s'était laissé hypnotiser par son sourire enjôleur et n'avait rien vu venir.

"Amy... Vous savez que vous êtes absolument ravissante !..."

Sam se racla la gorge pour rappeler sa présence. Rester coincé dans l'Impala pendant que Dean flirtait avec sa prochaine conquête n'était pas prévu dans son planning. Et puis, ils n'étaient pas venus pour ça non plus. Presque instantanément, deux paires d'yeux accusateurs le foudroyèrent du regard et il se sentit soudain tout petit.

"Quoi encore ?"

"Si tu pouvais..." (d'une voix timide et faisant de grands gestes maladroits pour s'expliquer)

Dean fronça les sourcils et se creusa les méninges pour tenter de décrypter le message... Et il lui fallut un temps avant de comprendre. Avec toutes ces émotions, il avait totalement oublié.

"Euh... Hum... Oui... Excusez-moi d'être si direct, mais vous ne sauriez pas par hasard où se trouve la morgue de Grayling...?"

Pour toute réponse, elle éclata de rire, laissant les deux frères perplexes.

"J'ai dit quelque chose de drôle ?"

"Non. C'est juste... La morgue de Grayling..."

Elle fut prise d'un nouveau fou rire.

"C'est rien... ça va passer..." (en essuyant les larmes qui commençaient à perler au bord de ses yeux si bleus)

"... mais si vous saviez..."

Elle se retint de rire et leur fit un petit signe de la main.

"Suivez-moi ! Je vais vous y conduire !... Je m'y rendais de toute façon..."

Sam et Dean hochèrent la tête et dès qu'elle eut disparu dans ce qui lui servait de véhicule, ils se regardèrent en haussant les épaules.

Le chemin jusqu'à Grayling leur parut ridiculement court. En à peine plus de vingt minutes ils étaient arrivés à bon port... dans la ville... le village... la bourgade... le hameau de Grayling... Dean passa sa main dans ses cheveux et se pinça l'arête du nez, horrifié.

"C'est ça Grayling ? Et moi qui croyais qu'on avait touché le fond !"

Sam soupira. Il n'était pas plus rassuré que son frère par la tournure des événements. Il ne devait pas avoir plus de cinq bâtisses ici et à part ça, c'était plutôt mort.

La voix d'Amy les tira de leurs rêveries. Voyant leurs mines déconfites, elle ne put s'empêcher d'éclater de rire.

"Vous ne vous attendiez pas à ça, pas vrai ? Allez ! Ne faites pas cette tête ! Surtout que vous n'avez encore rien vu !..."

Les deux frères échangèrent un regard entendu et sortirent de l'Impala, en étirant leurs membres douloureux.

"La morgue !... Ne me dites pas que vous avez déjà oublié !!! Surtout qu'elle vaut le coup d'oeil !..." (clin d'oeil et petit sourire aux lèvres)

Elle les emmena dans ce qui semblait être le plus grand des bâtiments...

"Je vous présente mon bureau... Amy Wilcox, Ranger !"

Dean et Sam la regardèrent ahuris.

"Quoi ? Pourquoi vous faites cette tête ? J'ai de la salade entre les dents ?" (en souriant)

"C'est juste..." (cherchant ses mots)

"Trop jolie pour être un ranger ?"

"J'ai pas dit ça !..."

"Je suis pas jolie alors...?"

"J'ai rien dit de tel non plus !" (de plus en plus mal à l'aise)

"Dans ce cas, vous ne verrez aucun inconvénient à prendre un verre avec moi après votre passage à la morgue..."

Sam était mort de rire. Cette fille avait un don pour détendre l'atmosphère et remettre son frère en place. A celle de l'innocente victime. Avec tout ce qu'il lui avait fait subir ces dernières heures, ça valait tout l'or du monde !...

"En parlant de ça..."

"Oui. La morgue... Suivez-moi et faites attention où vous marchez ! C'est si facile de se rompre le cou !... Et je ne voudrais pas vous compter comme membres permanents..."

Ils descendirent par l'escalier dans une sorte de cave et suivirent leur guide jusqu'à une pièce sombre et froide... très froide...

"Soyez les bienvenus à la morgue !" (un nuage de vapeur sortant de sa bouche)

Son visage s'éclaira d'un sourire lorsqu'elle vit les deux hommes devant elle écarquiller les yeux sous le coup du choc. Mais qu'est-ce qu'on est venus foutre ici ? C'est ça la morgue ? C'est quoi la prochaine surprise ? C'est là où ils entreposent les boissons pour le bar ? Amy ne leur laissa pas le temps de se reprendre.

"Hé, Jimmy ! Y'a de la visite pour toi !" Y'a quelqu'un qui vit ici ?

"Amy ? Encore un cadavre ! Tu sais qu'ils sont déjà à l'étroit ici !..."

"Ce sont des vivants, Jimmy ! Excusez-le, c'est l'habitude..."

Un visage sortit de l'ombre. Ce garçon devait avoir 20-25 ans, mais il faisait preuve d'un véritable professionnalisme devant ses mystérieux visiteurs.

"Alors messieurs, que puis-je pour vous ?"

"Je me présente. Je suis le Dr Jake... et voici le Dr Ill..."

"Vous savez que vos deux noms ensemble, ça rappelle..." (en souriant)

Les deux frères le foudroyèrent du regard.

"Ah... On vous l'a déjà faite..." (en se grattant le sommet du crâne, un peu embarrassé)

"Je disais donc que nous sommes les docteurs Ill et Jake, consultants pour le FBI. Il nous a été demandé d'enquêter sur la mort pour le moins suspecte des cinq adolescents à Hebgen Lake..."

"Et bien !... Ils vous ont pas gâté !"

"Pardon ?"

"Non. Rien... Je suppose que vous voulez voir les corps..."

"ça serait bien en effet... et votre rapport sur ces cas aussi, si c'est pas trop vous demander..." (sur un ton sec)

"Bon. Ben je vais vous laisser... On se retrouve tout à l'heure, Dr Jake !..."

"Appelez-moi Dean !"

"Alors à plus tard Dean !" (en accompagnant ses paroles d'un geste de la main)

"C'est vous qui avez fait les premières constatations ?"

Le jeune homme acquiesça, le visage fermé.

"C'est triste de voir ça... Surtout à leur âge !... C'est trop horrible ! C'est trop injuste !"

Dean demanda avec sérieux à voir les corps et Jimmy lui désigna machinalement les chariots recouverts de draps blancs. Quand ils les soulevèrent, les frères furent frappés par l'expression de terreur gravée sur leurs visages.

"On les a trouvés dans cet état et ils le sont restés. Pas moyen de leur fermer les yeux. C'est comme s'ils s'étaient statufiés... Je ne sais pas ce qu'ils ont vu là-bas, mais ça leur a pris la vie !..."

"ça...?" (en arquant un sourcil)

"Ecoutez... Je sais ce que vous pensez, vous autres médecins de laboratoire... Que la science peut tout expliquer... Qu'il y a une explication rationnelle pour tout... mais rien n'explique que ces jeunes se soient noyés en pleine forêt et que cette jeune fille soit morte pendue sans corde..."

"Pendue ?"

Il hocha la tête.

"On peut le sentir. Son os hyoïde s'est brisé net... ce qui ne peut être que le résultat d'une pendaison... ça j'en suis sûr !... Pour le reste..."

"Oui...?"

Jimmy hésita longuement, perdu dans ses pensées.

"Je me fous de ce que vous allez penser de moi !... Vous direz sans doute que j'ai regardé trop de films... que je prends X-Files un peu trop au sérieux... Mais je m'en fous ! Ces morts ne sont pas naturelles !..."

"Evidemment, puisque ce sont des meurtres !"

"C'est pas ce que je voulais dire !... Ce... C'est pas humain..."

Dean ne put s'empêcher d'éclater de rire.

"Et c'est quoi alors, Einstein ?"

Sam jeta un regard noir à son frère qui n'en manquait décidément pas une.

"Ne faites pas attention à lui. Poursuivez... Vous avez une idée sur celui qui a fait ça, n'est-ce pas ?" (d'une voix qui se voulait encourageante)

Dean haussa les épaules en boudant, mais même ainsi il semblait encore avoir de l'effet sur le jeune homme... un très mauvais effet pour tout dire !... Il ne cessait de regarder ses pieds et de jouer avec ses doigts, n'osant pas parler.

"Jimmy... S'il vous plaît !..." (avec un regard suppliant)

"Pas celui... Celles..."

"Pardon ?"

Jimmy prit une grande inspiration avant de se jeter à l'eau. Ridicule pour ridicule, il n'avait rien à perdre...

"Les gens aiment se retrouver par ici... et quand ils se retrouvent, ils boivent... Les langues se délient et racontent à ceux qui veulent bien l'entendre les histoires du temps jadis. Il y a une légende qui court à propos du lac. On raconte que trois sorcières y furent condamnées à mort et que sur le bûcher, la dernière proféra des menaces à l'encontre de ceux qui venaient de les juger et leur jeta une malédiction. Toujours d'après cette légende, trois jours après leur mort, leurs corps auraient disparu. Une immense vague aurait englouti le village et ses habitants pendant la nuit. Personne n'y aurait survécu."

"Hum !... C'est bien beau tout ça, mais on n'est pas plus avancés !"

"Vous êtes aveugles ou quoi ? Ils sont tous morts noyés ! Ce sont elles ! Elles sont de retour !" (en criant, presque hystérique)

"Et vous voudriez me faire croire que ce sont des sorcières qui ont fait le coup ?" (en ricanant)

"Dean, ça suffit !"

Ce dernier lui fit un signe de la main lui enjoignant de laisser tomber et le laissa seul avec Jimmy. Lui avait quelque chose de bien plus important sur le feu.

"Calmez-vous Jimmy ! Regardez-moi !... Vous ne sauriez pas où on peut trouver des renseignements sur cette 'légende' ?"

"Vous me croyez ?" (plein d'espoir)

"Il s'agit peut-être d'un copieur..."

Jimmy fut un peu déçu par cette réponse, mais c'était déjà mieux que rien. Il lui raconta donc tout ce qu'il savait et lui parla de la bibliothèque du village qui se trouvait non loin de là.

Sam sortit de la 'morgue', et du bureau d'Amy par la même occasion, près d'une demi-heure plus tard, sous l'oeil moqueur de son grand frère.

"Alors, il t'en a fallu du temps pour sortir de là !... Tu t'es fait un nouvel ami ?"

Sam prit une grande inspiration et serra des poings. Dieu que Dean pouvait être horripilant parfois !...

"T'as vraiment été odieux avec ce garçon ! Il essayait de nous aider et toi tu l'as traité avec mépris et condescendance ! Qu'est-ce qui t'arrive Dean ?" (plein d'incompréhension et de colère)

"Ce qu'il me prend ? On a perdu du temps avec les délires de ce môme... Pire encore, tu lui as fait croire qu'il pouvait avoir raison !..."

"Et alors ? Peut-être qu'il a raison..."

"Pitié Sammy..." (en levant les yeux au ciel)

"C'est pas parce que c'est pas toi qui en as eu l'idée que c'est obligatoirement faux !..."

"Pfff ! N'importe quoi !"

"Tu penses c'que tu veux, mais moi j'irai vérifier ça demain à la bibliothèque !..."

"Parce qu'ils ont une bibliothèque ici ? C'est le paradis !"

"Arrête tes sarcasmes, Dean !"

Le principal intéressé ouvrit la bouche pour parler mais son frère le coupa dans son élan.

"Ne rajoute rien ! Je suis trop fatigué pour me prendre la tête avec toi ! Je ne rêve que d'une chose : un lit ! En parlant de ça, tu devrais pas être à ton rendez-vous, toi ?" (plein de malice)

Dean regarda sa montre avec effroi. Il était déjà si tard !... Il soupira.

"Grimpe !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 20 Juil - 11:42

Sam se réveilla en sursaut en plein milieu de la nuit, le front en sueur et l'estomac noué par la peur. Pourquoi fallait-il qu'il voit encore tout ça ? Pourquoi ? Quel était donc le message caché dans tout cela ? Quelle part de vérité accorder à ce rêve... ou plutôt à ce cauchemar...? Il tourna machinalement sa tête vers le lit d'à côté pour le trouver vide et son sang se glaça dans ses veines. Où était donc Dean ? Il allait l'appeler sur son portable quand il se souvint qu'il avait rendez-vous avec cette fameuse Amy... Comment diable avait-il pu oublier l'inoubliable ? Le regard idiot de son grand frère à l'idée de sortir avec celle qui semblait être la seule bombe du coin... Il soupira de soulagement mais ne put empêcher son corps de trembler. Dean devait vraiment arrêter de lui faire des coups pareils, ou sinon il n'aurait bientôt plus de petit frère !...

Pendant ce temps, dans un bar aux abords du lac.

"Salut poupée ! ça te dirait nous deux...?" (en usant d'une main baladeuse)

"Laissez-moi tranquille !" (en essayant de se dégager sans trop de succès)

"Tu sais que t'es encore plus belle quand tu te rebelles ?!"

"Non ! Lâchez-moi ! Lâchez-moi ou je hurle !"

"Hurle donc ! Personne n'y prêtera attention de toute façon !... Sauf moi... Rien que d'y penser, ça m'excite !"

"Vous n'êtes qu'un malade !" (en lui balançant son verre en plein visage)

Elle tenta de partir de ce lieu décidément mal fréquenté et devenu trop dangereux pour elle, mais le mec qu'elle venait de rembarrer ne l'entendait pas de cette oreille. Se faire humilier devant ses potes, même poivrots, n'était pas du tout de son goût. Il ne pouvait pas laisser passer ça ! Il empoigna son bras avec violence et la maintint ainsi jusqu'à lui couper la circulation.

"Lâchez-moi !" (affolée)

"Ecoute-moi, sale putain ! Tu vas me suivre bien gentiment et je n'abîmerai pas ton si beau visage !..." (en le lui caressant de sa main libre)

Elle se détourna avec dégoût. C'était bien peu... mais avait-elle beaucoup d'autres options ? Comment se débarrasser de ce pervers ? C'est qu'il était trop fort pour qu'elle puisse se sauver !...

Plus elle se débattait, plus il resserrait son étreinte sur elle. Il l'attira, ou plutôt la tira à l'extérieur puis la poussa contre un mur, commençant à la déshabiller... Et pas qu'au sens figuré. Elle se débattait toujours. En criant... en hurlant... en pleurant même... Elle était au bord de l'hystérie !... Pourquoi fallait-il que cela lui arrive à elle ? Pourquoi encore une fois ? Pourquoi n'y avait-il jamais personne pour secourir la demoiselle en détresse ?

Alors qu'il commençait vraiment à être entreprenant, la jeune femme poussa un cri déchirant suraigu en désespoir de cause.

"NOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNN !"

Elle se croyait définitivement perdue quand soudain...

"Hé, Terreur ! La gamine t'a dit non !"

"Restez en dehors de ça ! Ma copine et moi, on ne fait rien de bien méchant... Vous savez, ça l'excite d'avoir peur !..." (en souriant)

La jeune femme regarda la forme intruse, les yeux pleins d'espoir.

"Et bien, on dirait pas !... Elle a dit non !" (sur un ton sec et froid qui en aurait déstabilisé plus d'un)

"Ecoute poulette ! Reste en dehors de tout ça et il n't'arrivera rien !..."

"Des menaces ?" (petit sourire)

"Tu veux ta part ?" (en se retournant vers l'inconnue tout en retenant toujours la jeune femme par les poignets)

"T'en as envie ?" (sourire en coin)

L'homme la regarda de haut en bas, appréciant ses formes généreuses qui prenaient tout leur charme à la lueur du clair de lune.

"ça pourrait s'arranger..."

"Et une partie à trois... ça te tente, chéri ?"

Une seconde splendide jeune femme venait d'apparaître à ses côtés et plaçait son décolleté plongeant juste dans le bon angle... Là où se dirigeait son regard typiquement masculin. Il déglutit avec difficulté. Deux femmes pour lui tout seul... ça paraissait trop beau pour être vrai... et puis, il avait déjà une poupée sur le feu. Bien réelle celle-là !

Une des jeunes femmes se montra plus entreprenante à son égard, sous le regard abasourdi de la victime. Elle pensait être sauvée et elle assistait à un porno dirigé par deux nymphomanes... Et de son point de vue, ça n'arrangeait pas son affaire.

"Tu le veux, n'est-ce pas ?" (en lui susurrant à l'oreille)

L'autre femme s'approcha de l'autre côté et commença à le caresser, faisant monter le désir en lui.

"T'en as envie ?"

Il les regarda tour à tour et hocha sa tête.

"Mais si tu nous veux toutes les deux, va falloir le mériter mon poussin !..."

"T-T-Tout... tout ce que... que vous voulez mes... mes d-d-déesses..."

"Laisse la fille partir !..."

Il considéra un instant la question. Deux filles consentantes et pour le moins sexy contre une jeune effarouchée. Il ne perdait pas au change... Il lâcha enfin sa victime qui se laissa glisser le long du mur et s'effondra en larmes.

"Viens avec nous, chéri !" VIENS !

Comment pouvait-il résister à un tel appel ? Surtout venant de si parfaites créatures... Il prit sans hésiter les deux mains qui lui étaient tendues et se dirigea en leur compagnie vers son véhicule garé à quelques mètres de là... Les deux femmes lui sourirent et le couvrirent de baisers, l'amenant au bord de l'extase, avant de l'entraîner à l'intérieur. Elles échangèrent alors un regard plein de sous-entendus et le plaquèrent sur la banquette arrière. Pendant que l'une le caressait jusque dans les zones les plus intimes, l'autre couvrait son corps de baisers. L'homme retenait son souffle et frissonnait de plaisir sous l'effet combiné de ses deux déesses... Demain il pourrait se vanter devant ses potes de s'être tapé les deux plus belles gonzesses de la région.

"Dis-moi que tu m'aimes !..." (dans un doux murmure à son oreille)

Il la regarda avec désir et bredouilla les mots tant attendus. L'instant d'après, la jeune femme l'embrassait langoureusement, alors que sa compagne continuait avec les caresses.

Deux minutes plus tard, elles sortirent toutes deux de la voiture en réajustant leurs vêtements, sourire aux lèvres. Elles croisèrent le regard de la jeune femme qui gisait toujours à terre et lui firent un petit clin d'oeil. Elle fronça les sourcils sans comprendre.

Quelque part autour d'Hebgen Lake.

"J'ai vraiment passé une merveilleuse soirée !..."

"Tout le plaisir était pour moi, Amy ! Ce n'est pas tous les jours qu'un homme comme moi a la chance de se retrouver en si bonne compagnie !..."

"Oh ! Arrêtez... Arrête Dean !... Tu vas finir par me faire rougir..." (faussement gênée)

Dean sourit. Son plan fonctionnait à merveille... Il n'avait plus qu'à ferrer le poisson et ça serait dans la poche. Il allait ouvrir la bouche mais elle le prit de court.

"ça vous dirait de prendre un dernier verre chez moi ?" Yes !

"Volontiers !..."

Ne voulant pas paraître trop pressé, il se laissa prendre par la main jusqu'à l'appartement de la jeune femme. Dès qu'elle franchit le seuil, elle le tira par la veste jusqu'à elle, se laissant guider par son seul désir. Cela commençait à devenir intéressant pour Dean, quand soudain le portable de la jeune ranger joua les trouble-fête.

"Ne décroche pas !..." (murmure à son oreille)

"Et si c'était important...?" (pas très convaincue)

"ça attendra..." (en couvrant son cou de baisers)

Mais elle s'arrêta net et le repoussa gentiment. C'est que la sonnerie se faisait de plus en plus insistante...

"Nonnnn... Faut vraiment que je décroche..." (en gémissant légèrement)

Elle étouffa un petit rire en voyant la moue déçue de son amant... mais cela ne l'empêcha pour autant de décrocher.

"Ranger Wilcox !" (sourire aux lèvres)

"QUOI ? QUAND ? COMMENT ?" (en pâlissant dangereusement)

Le ton de sa voix avait brusquement changé et avait attiré l'attention du chasseur.

"Bien. J'arrive tout de suite !"

"Qu'est-ce qu'il se passe ?"

Il la vit réajuster ses vêtements et prendre sa plaque et son arme de service, l'air grave. ça n'annonçait décidément rien de bon.

"Il y a eu un nouveau meurtre cette nuit !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Ven 1 Aoû - 15:41

Sam avait enfin ce sommeil réparateur, ce sommeil sans rêve ni cauchemar, qu'il avait tant espéré, et maintenant il dormait comme un bébé... Du moins, pour l'instant. Il aurait dû se douter que sa chance allait tourner...

Une musique nette et insistante s'insinua dans la pièce pour son plus grand malheur. Quelque peu ronchon, il grommela quelques insanités et se retourna sous les couvertures, loin de ce bruit parasite qui osait troubler son repos. Oui mais voilà, c'était sans compter l'exceptionnelle ténacité de cette chose. Refusant l'idée même d'ouvrir les yeux, il déplaça son bras à l'aveuglette pour tenter d'attraper l'ignoble perturbateur. Après plusieurs vaines tentatives, il réussit finalement à se saisir de ce satané portable et décrocha, en maintenant toujours ses paupières closes. Pas besoin de faire de gestes inutiles, pas vrai ?

"Mmmmh...allô !"

"Sam ?!"

"Bonjour Dean ! Bien dormi ?"

"Dormi ?"

"Dean..."

"Mmmmh... Oui...?"

"Il est quelle heure ?"

"Et demie !..."

"Mais de quelle heure ?"

"Trois..."

"Trois heures et demie du matin ??? Tu te fiches de moi, pas vrai ?"

"Nan ! C'est grave, Sammy..."

"Oh !" (en se redressant brusquement sur le lit, bien éveillé et désormais terriblement inquiet)

"Sammy... Ma soirée ne s'est pas spécialement déroulée comme je l'aurais voulu..."

Sam se mit à rire nerveusement avant d'exploser.

"Ne me dis pas que tu m'as réveillé à trois heures et demie du matin juste pour me parler des mésaventures amoureuses du pauvre Dean Winchester !... Parce que là, tu vois, j'en n'ai rien à cirer ! J'ai besoin de dormir !!! Tu m'entends ??? DORMIR !"

"Très drôle ! J'te signale qu'il n'est pas question de moi, là ! Enfin, si on enlève ce putain de coup de fil juste au moment où j'allais conclure..."

"Accouche ! J'ai pas toute la nuit et j'aimerais tout de même bien profiter un peu des bienfaits salvateurs du lit et de l'oreiller..."

"J'suis dans un bar avec Amy sur l'Hebgen Lake Road... J'crois que tu devrais venir !"

"Dean... Vous êtes bien assez de deux pour avoir besoin de moi !"

"Qu'est-ce que t'as aujourd'hui ? T'as mangé du lion ?"

"Je suis fatigué Dean... Voilà ce qu'il y a..."

"Toi, fatigué ? Et moi qui croyais que tu pétais la forme !..."

"Ah ! Ah ! Ah ! Je suis mort de rire !"

"Et bien, assez ri ! Fatigué ou pas, tu vas ramener tes p'tites fesses jusqu'ici ! Il y a eu un nouveau meurtre !..."

"Un autre meurtre ?"

"ça y est ? J'ai toute ton attention ? Merveilleux !... Y'a un mec qu'est mort juste là, dans le parking du bar et crois-moi, c'est pas à cause des nuits fraîches !"

"Je... J'arrive..."

"J'en attendais pas moins de toi, p'tit frère !..."

Dean avait beau à des kilomètres de là, Sam devinait assez bien le sourire qui devait se dessiner sur les lèvres de son grand frère. Il soupira avant de raccrocher. Pourquoi les créatures ne leur laissaient-elles jamais de répit ? C'est vrai quoi ! ça faisait même pas une journée qu'ils étaient là et il y avait un nouveau meurtre !... C'était vraiment trop d'honneur ! Malgré tout, il se sentait frustré et coupable... Il n'avait rien vu venir. Il n'avait pas eu de vision de cet homme. Peut-être aurait-il pu le sauver... Le sauver... Oui mais voilà, ce n'était pas de lui qu'il avait rêvé mais de son frère et de sa petite amie. Et encore ! Il avait ensuite bénéficié d'une trêve. C'était tellement bon de pouvoir dormir sans se soucier du reste que maintenant qu'il y avait eu mort d'homme, ce moment de pur plaisir paraissait égoïste.

Quand Sam arriva au niveau du bar, le parking était éclairé par les gyrophares des nombreux véhicules de police et de médecine légale. Ils avaient vraiment mis le paquet. Peut-être espéraient-ils secrètement mettre la main sur le ou les coupable(s) ce soir... En tout cas, le lieu du crime était bien gardé. Même lui et sa carte de consultant du FBI eurent du mal à passer la bande jaune. S'il n'y avait pas eu son frère et Amy, il serait resté là comme un vulgaire spectateur avec l'impression qu'il aurait mieux fait de rester couché. Le sergent le laissa passer en s'excusant.

"Désolé !... Je ne reconnaissais pas votre visage, doc !..."

Sam lui fit un petit sourire.

"Oui... On est ici depuis peu..."

"En tout cas, votre collègue était sur place bien avant vous !..."

A cette mention, Sam grimaça. Pourquoi faut-il toujours qu'on en revienne à ça ?

"Normal. Il bénéficiait d'une visite privée..."

"Pardon ?"

"Non. Rien. Où est le corps ?"

L'homme pointa son doigt vers l'horizon. Sous les lumières intermittentes, Sam pouvait déjà voir Jimmy et son équipe s'affairer autour de la victime, sous les regards attentifs du Ranger Wilcox et du Dr Jake. Il partit les rejoindre en se frottant les mains les unes contre les autres. Jamais il n'aurait cru qu'il ferait si frais... Mais apercevant le regard moqueur de son grand frère, il cessa toute manoeuvre.

"Alors, qu'est-ce qu'on a ?"

"Euh... La victime, un certain Rick Mills, était un habitué des lieux..." (en désignant le bar)

'Vous savez, ce n'était pas un saint, mais il ne méritait pas de mourir comme ça... Personne ne le mérite..."

"Des témoins ?"

"Non. Personne. Mais à cette heure ce n'est pas vraiment étonnant... Soit les gens sont saoûls soit ils dorment... Les deux n'étant pas incompatibles d'ailleurs !..."

"Je vois..."

"Et sinon, du côté du cadavre en lui-même...?"

"Jimmy a fait les premières constatations... Il est mort comme les jeunes du lac."

"Noyé ou étranglé ?"

"Je dirais les deux..."

"Les deux ???" (les yeux écarquillés)

"J'vous l'avais bien dit qu'elles étaient de retour !..." Et voilà, c'est reparti pour un tour !

"Ne me dites pas que vous pensez encore à ces sorcières ? Comment faire pour vous faire comprendre que ça n'existe pas ? Et puis, qui nous dit qu'il s'agit bien de femmes, hmm ?"

"S'il n'y a que ça pour vous faire plaisir..."

Jimmy souleva le drap au niveau de la ceinture et pointa un détail de son anatomie qui ne laissait planer aucun doute quant au déroulement de sa soirée.

"Et ça, vous pensez qu'il se l'est fait tout seul ?"

Les deux frères firent des yeux tout ronds, mais Dean ne put s'empêcher de siffler. C'est qu'il avait la pêche, le salaud !

"Et selon vous, ce..."

"Il est mort pendant le coït... En un sens, il a de la chance. Il est mort en se faisant plaisir. Il n'y aurait pas cette expression d'infinie terreur sur son visage, on pourrait même penser qu'il y a pris goût... Cette idée est dérangeante..."

"Je comprends. Mais vous êtes sûr pour la femme ? ça ne pourrait pas être un homme ? J'veux dire... Les relations homosexuelles... ce n'est pas si rare de nos jours..."

"Rick ??? Le grand Rick ? Le mec qui tire plus vite que son ombre ? Nan ! Y'a pas plus hétéro ! ç'a pas été faute d'essayer ! J'ai essayé de l'attirer plusieurs fois... Sans succès. Sérieux, ce mec était super bien foutu... Il avait un de ces corps !... Un peu comme vous en fait... A ce propos, ça ne vous dirait pas de...?" (en s'adressant à Sam)

Le principal intéressé se mit à pâlir dangereusement sous le regard hilare de son grand frère. Au moins, il savait maintenant pourquoi il ne pouvait pas blairer ce type !... Sam bredouilla un 'non !' tout en rougissant. Il ne rêvait que d'une chose : partir se cacher quelque part... très loin...

"Dommage..." (déçu)

Trop absorbés par cette affaire, aucun des membres du petit groupe ne remarqua cette forme titubante qui se dessinait au loin. Ce ne fut que lorsqu'un policier aguerri l'apostropha que la scène retint toute leur attention.

"Hé ! Vous là-bas ! Restez où vous êtes !!!"

La forme sembla ralentir, mais finalement reprit son chemin. Toutes les lumières se braquèrent sur elle, aussi bien torches que projecteurs, éclairant une silhouette féminine. Aveuglée par cette luminosité si soudaine, elle avait dû s'arrêter et semblait maintenant terrorisée à cette idée.

"Mademoiselle ! Mademoiselle ! Vous n'avez pas le droit d'être ici ! Veuillez vous éloigner de la scène du crime et passer derrière le cordon de sécurité !"

La jeune femme resta comme paralysée, fronçant les sourcils et penchant sa tête sur le côté, comme si elle cherchait à comprendre... Puis, comme si de rien n'était, elle reprit sa marche...

"Crime...? Il... Il... Il est mort...?" (d'une voix tremblotante)

"Mademoiselle ! Pour la dernière fois, arrêtez-vous ! Arrêtez-vous ou je tire !!! Dernière sommation !"

On entendit le cliquetis des fusils que l'on charge, mais cela n'eut aucun effet sur elle. L'important se situait ailleurs. Alors elle continuait d'avancer sous la menace, chancelante et le corps secoué de tremblements.

"REPONDEZ-MOI !"

Personne n'accordait la moindre attention à cette jeune femme déboussolée, mais leurs armes si.

"Ils ne vont tout de même pas lui tirer dessus ??? Dean !..."

Sam lançait des regards affolés à son frère. Cette femme n'avait rien fait et ils allaient l'abattre... Qui étaient-ils pour jouer à Dieu ? De quel droit osaient-ils ?

"Dean !!! Ils vont la tuer !..."

"On ne peut rien faire, Sam !... C'est elle qui s'est mise dans cette position. Elle n'avait qu'à s'arrêter quand les flics le lui ont demandé !..."

"Dean ! Elle a peur !..."

"T'as deviné ça tout seul, Einstein ?"

"Il suffit de la regarder !..."

Sam fixa son frère, plein d'incompréhension.

"Et alors quoi ? Tu ne vas rien faire ?"

Il y eut un silence éloquent et Sam sut tout de suite ce qu'il avait à faire.

"Où tu vas ?"

"Vas te faire voir !" (sans même prendre la peine de le regarder)

"SAM !"

Mais il n'écoutait pas. Il ne l'écoutait plus. Il fit simplement ce que lui dictaient son coeur et sa conscience... Il se positionna juste entre elle et les policiers, sous le regard inquiet et désapprobateur de son grand frère.

"Mais t'es dingue ?"

"Je fais ce que j'aurais dû faire depuis longtemps !... Elle a besoin d'aide, Dean !"

"T'es pas seul sur Terre, j'te signale !..."

"On dirait pas..."

"Mademoiselle...? Vous allez bien ?"

La jeune affolée le dévisagea de ses yeux larmoyants.

"Il... Il est mort...?" (en reniflant bruyamment)

Sam lui fit un petit sourire triste.

"Je suis désolé..."

Contre toute attente, elle éclata de rire sous ses larmes.

"Ne le soyez pas..."

Sam fronça les sourcils sans trop comprendre. Pourquoi l'interroger sur son état si c'était pour se réjouir de sa mort ensuite ? Il voulut la prendre dans ses bras pour la calmer, mais elle se recula violemment et se mit à crier.

"NE M'APPROCHEZ PAS !"

Il leva les bras en signe d'acceptation. Il ne voulait pas rendre les choses plus difficiles qu'elles ne l'étaient déjà.

"Ok ! Ok ! Calmez-vous ! Tout va bien !"

"Tout va bien...? TOUT VA BIEN ? Il. Est. Mort !!!... Ne bougez pas !"

Sam avait tenté de se rapprocher d'elle, mais à l'évidence il n'avait pas été assez discret. De son côté, Dean n'était pas tranquille. Son frère était avec une folle et qui savait ce dont elle pouvait être capable !...

"Ne te mêle pas de ça, Dean !..."

"Là tu rêves !"

"Dean..."

Puis s'adressant à la jeune femme...

"D'accord, je ne vais plus bouger... Si on parlait tous les deux ? Moi c'est Sam... Et vous, comment vous vous appelez ?"

"... Je... Je ne sais pas... Je ne me souviens plus..." (paniquée)

"C'est rien... ça va vous revenir... Laissez-vous le temps !..." (d'une voix qui se voulait rassurante)

"J'ai... oublié...?" (perdue)

La jeune inconnue se remit à sangloter et s'effondra à genoux. Elle lui jeta un regard désespéré et implorant la pitié.

"Vous n'avez jamais eu l'impression d'avoir déjà vécu un moment...?"

Et sur cette phrase énigmatique, elle perdit connaissance. Sam accourut vers elle et demanda des secours. En les attendant, il l'allongea délicatement sur le sol. Et là c'est qu'il vit les marques sur ses poignets et ses chevilles. Pas étonnant qu'elle ait réagi si violemment. Elle ne faisait plus confiance...

Dans l'ombre, les deux autres femmes avaient observé la scène de loin. En voyant l'inconnue s'écrouler, l'une d'elles avait voulu la rejoindre mais l'autre l'avait aussitôt retenue par le bras. C'était encore trop tôt. Beaucoup trop tôt...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 10 Aoû - 19:37

Le lendemain matin

La nuit avait été encore plus courte que prévue et les visages des deux frères accusaient une sérieuse fatigue. Surtout celui de Sam, qui avait déjà pas mal de sommeil en retard. Entre ses cauchemars à répétition et la soirée éprouvante d'hier... ou de ce matin... (c'était selon)

Il ne pouvait sortir cette fille de sa tête. Bon. C'est vrai qu'elle avait tout pour plaire : un visage d'ange, une silhouette sublime et une voix douce qui lui rappelait celle de son amour perdu. Mais il n'était pas Dean. Ce n'était pas ce qui occupait son esprit. Enfin, pour être tout à fait honnête, pas totalement. Il avait apprécié ses formes généreuses, mais ses yeux s'étaient arrêtés sur les bleus qui ornaient ses poignets et ses chevilles comme une marque indélébile. Mais plus que tout, il y avait cette phrase... cette phrase qu'elle avait prononcée cette nuit... cette phrase qui résonnait encore dans sa tête... 'Vous n'avez jamais eu l'impression d'avoir déjà vécu un moment...?' Elle passait dans son esprit... encore et encore.... dans une boucle infinie... comme une ritournelle qui se voulait éternelle... Et plus il l'entendait, plus elle prenait du sens et plus elle gagnait en importance.

Il aurait tant voulu lui répondre cette nuit-là !... Bien sûr qu'il avait déjà eu ce sentiment ! Et c'était le drame de toute sa vie. C'était son châtiment. Voir mourir les gens... Des proches comme de parfaits inconnus... Alors oui, il pouvait la comprendre... mais en même temps, tout ceci apportait bien plus de questions que de réponses. Qui était-elle ? Etait-elle comme lui, une psychique ? Mais alors, que faisait-elle là ? Elle n'était pas du coin. Personne ne l'avait reconnue. Qu'avait-elle voulu lui faire comprendre ? Y avait-il vraiment quelque chose à comprendre de tout ça ? Elle lui avait fait confiance. Un point c'est tout. Mais pour lui, elle était devenue bien plus. Elle était devenue une obsession... et il semblait être le seul à ne pas s'en être rendu compte.

"Alors, dis-moi tout ! Elle t'a tapé dans l'oeil, pas vrai ?" (un large sourire éclairant son visage)

"De qui ?" (d'un air presque innocent)

"Pas de ça avec moi, p'tit frère ! N'oublie pas à qui tu parles ! Je peux lire en toi comme dans un livre ouvert !... Alors ?"

"Tu ne lâcheras jamais l'affaire, hein ?"

"Nan !" (avec sérieux)

"T'es qu'un obsédé, tu l'sais ça !?"

"N'essaie pas de noyer le poisson surtout !... ça marchera pas avec moi ! Pas cette fois-ci !"

Il y eut comme un soupir.

"Et arrête de soupirer ! Alors...? J'attends !" (plus obstiné et plus sérieux que jamais)

"Dean !..."

"Saaaaaam...? Dis-moi tout ! Raconte à ton grand frère chéri !..."

"Pfff ! Si tu veux tout savoir, elle ne m'a pas 'tapé dans l'oeil' comme tu le dis si bien..."

Dean leva un sourcil d'un air assez peu convaincu mais ne dit rien. Qui savait si son frère se confierait encore à lui s'il l'interrompait ?

"... C'est juste... Je m'inquiète pour elle... Tu as vu ses marques ? Qui sait ce qui pourrait lui arriver ? Elle a besoin d'aide ! Elle a besoin de nous... Elle a besoin de moi... Hé Dean ! Tu sais si elle est réveillée ? Tu sais si elle va mieux ?"

Dean leva les yeux au ciel. A part ça, c'était lui l'obsédé.

"QUOI ?" (un peu énervé)

"Oh rien ! Tu te rappelles qu'on est revenus ensemble hier soir..."

"Je ne vois pas ce que..."

"'Tends deux secondes, tu vas comprendre..."

La moue boudeuse, Sam suivit néanmoins les conseils de son frère et essaya de refouler son impatience.


"Donc je disais... Nous sommes revenus ensemble... Nous nous sommes endormis tous les deux... Chacun dans son lit, cela va sans dire..." (petit sourire)

"Ah ! Ah ! Ah !" (pas très heureux qu'on lui rappelle ses déboires de la veille)

"... et la meilleure de toutes... on s'est réveillés tous les deux dans ce bungalow... Toi avant moi si je n'm'abuse..."

"Dean..." (d'une voix plaintive)

"Alors explique-moi comment je pourrais avoir de pareils renseignements ? Réfléchis un peu ! Fais un peu marcher ça... au lieu de ça !..." (désignant successivement sa tête et son pantalon)

Sam fit une moue vexée. Son frère venait juste de se foutre de sa gueule, et il n'avait rien à répondre à ça. Il savait pertinemment qu'il avait raison.

"Je n'me souvenais plus que l'Amour te faisait cet effet-là, Sammy !..."

"C'est Sam !"

"Sam est amoureeeeeeeeuuuuuuuuxxxxxxx !" (avec emphase)

"Trop drôle !"

Et il partit bouder plus loin.


Un ange passa…

″Je suppose que c’est pas la peine de te demander où tu vas aller aujourd’hui…″ (en soupirant)

Sam se retourna et adressa un regard déchirant à son frère.

″Dean… Je peux pas la laisser comme ça !… Elle est si fragile… si vulnérable… Elle a besoin d’être protégée… Elle a besoin d’une présence amie… Elle a besoin de moi…″ Et moi je pue ?

Dean se pinça les lèvres pour ne pas dire de mots qu’il regretterait par la suite et se contenta de lever les yeux au ciel.

″Et puis… je ne vois pas ce que je pourrais faire d’autre…″

Si Sam n’avait pas été autant obnubilé par le sort de la jeune inconnue, il aurait sans aucun doute remarqué le regard blessé de son grand frère et s’en serait inquiété. Pour peu, cela manquait presque à Dean de se faire materner par son incorrigible petit frère. Il soupira et reprit contenance, plus remonté que jamais.

″Evidemment… Tous ces morts, t’en as rien à foutre !…″

″Dean…″

″Non mais ça va, t’inquiète pas ! J’ai compris ! Pas la peine de m’faire un dessin ! J’aurais dû m’en douter que c’te affaire t’intéressait pas !…″

″Dean, ce n’est pas ce que…″

″J’ai vraiment été trop con pour le croire. C’était encore trop frais… C’était encore trop tôt…″

″Mais elle fait partie de cette affaire !!!″

″Mouais… Mouais… C’est ça !… En attendant, elle est bien vivante, elle !″

″Elle est viv… Dean !?…″

″Quoi ?″

″Depuis quand les victimes survivantes ont tort ?″

″Depuis que la victime en question n’a pas été attaquée par une de ces créatures…″

″Ah ouais ? Et qu’est-ce que t'en sais ?″

″Je le sais, c’est tout.″

″Va me falloir autre chose !″

″Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? C’est la vérité !… J’la sens pas, c’te fille ! Elle est pas claire ! J’s’rais toi, je…″

″Arrête !″

″Hé, c’est toi qui voulais savoir !…″

″Ouais… Ben j’ai changé d’avis…″ (boudeur)

Dean jeta un bref coup d’œil vers son frère qui refusait de lui accorder le moindre regard. Peut-être était-il allé trop loin cette fois-ci. La conversation avait déjà commencé à dégénérer, mais il y avait peut-être encore de l’espoir pour arranger les choses. Dean le croyait en tout cas. Il prit son plus beau sourire et fit un mot d’humour dont lui seul avait le secret…

″Sam souvent varie…″

Et comme il s’y attendait, son petit frère mordit à l’hameçon.

″J’suis pas une fille !″ (vexé)

″C’est toi qui l’as dit ! Cela dit, c’est vrai qu’avec le petit Jimmy…″

″Arrête !″

″T’as tout de même de drôles de fréquentations, mon Sammy ! Jamais j’n’aurais cru ça de toi !″

″Tais-toi !″

″En même temps, ça pourrait expliquer certaines choses…″

Sam fit celui qui était choqué. La tournure que prenait la conversation n’allait pas à son avantage, mais il était hors de question qu’il laisse Dean s’en tirer comme ça. Il avait encore une carte en main et il se ferait une joie de l’utiliser. Qui rirait bien rirait le dernier…

″Allez ! Avoue ! Tu es jaloux !…″

Dean manqua de s’étrangler.

″Jaloux ? Moi ??? Et de qui je te prie ?″

″De moi, voyons !″

″Tu prends tes rêves pour des réalités, Sammy ! Mais admettons… Pourquoi je le serai, Monsieur Je-sais-tout ?″

″C’est évident. T’es jaloux parce que Jimmy m’a trouvé le plus beau… le plus séduisant… le plus…″

″N’importe quoi ! Et puis, sa voix ne compte pas !…″

″Tiens donc ! Et en quel honneur ? Tu crois que les hommes sont incapables d’apprécier la beauté de leurs semblables ?″

″J’ai pas dit ça !″

″Donc c’est bien c’que j’disais… En fait, t’es bien jaloux…″

Seuls un grommellement et un haussement d’épaules lui répondirent. Dean était blessé dans son amour-propre. Pour la première fois depuis longtemps, il venait de perdre à une joute verbale l’opposant à son petit frère… et comble de tout, ce dernier était hilare. Dean jeta des regards fuyants dans la pièce. Tout mais pas regarder son frère en face. C’était trop dur !… Après quelques instants d’hésitation, il saisit ses clés en soupirant.

″Allez, viens ! J’te dépose !″

Sam gloussait dans son coin.

″T’es jaloux !…″

″Bon. Tu veux que je te dépose oui ou non ?″ (en le regardant avec le plus grand sérieux)

″Ok. Mais toi, qu’est-ce que tu vas faire après ? Parce que je suppose que tu ne vas pas me tenir compagnie…″ (en souriant)

″Oh que non ! Pas besoin d’être deux à perdre son temps. Je me dévoue pour l’équipe. J’irai faire des recherches pendant que tu rendras visite à ta belle…″

″Dean… Toi ? Faire des recherches ? Il va neiger alors ! Et moi qui n’ai pas de doudoune !…″

″Ah ! Ah ! Ah ! Trop drôle ! Figure-toi que je t’ai pas attendu pour faire des recherches !… J’ai chassé seul, j’te signale !″ (en bombant le torse)

″Admettons ! Mais tu n’sais même pas où et dans quoi chercher.″ (en riant sous cape)

″Tu m’fais pas confiance ? Ouh, ça me blesse !…″

″Sans blague ! Dean… Tu ne supportes pas cet endroit. Comment comptes-tu t’en sortir…?″

″Sans toi … ? Laisse-moi réfléchir… C’est tout simple. Je connais quelqu’un qui pourra m’aider…″

Dean arborait un de ses plus beaux sourires, mais il disparut bien vite quand il entendit la réplique de son frère.

″Qui ça ? Jimmy ? Mais tu n’peux pas l’blairer ! Et je crois bien que c’est réciproque d’ailleurs… Faut dire que tu as parfois cet effet sur les gens…″

Dean grimaça.

″Lui ? Tu rigoles !? C’est pas du tout mon genre. Par contre, cette paire de jambes recouverte du strict minimum…″ (en lui décochant un clin d’œil)

″ça y est ! T’as fini de me convaincre !″

″Ah ! Tu vois !″

″Maintenant je sais avec certitude que tu n’feras pas de recherches !…″ (en souriant)

″Hé ! Je sais gérer mes priorités !…″

″Mais oui… Bien sûr !…″

″Je vais y arriver, Sam ! J’suis pas idiot !″

Sam éclata de rire, ce qui eut le don d’exaspérer son grand frère. Mais pas question qu’il tombe une nouvelle fois dans le panneau. Une humiliation par jour, c’était amplement suffisant.

″Alors, tu viens ?″

Il ne laissa pas à Sam le temps de lui répondre et sortit direction son Impala, suivi de près par son frère.

Quelques minutes plus tard, il le déposait à la clinique où avait été admise la jeune femme. Il le regarda s’éloigner puis disparaître dans le bâtiment. Il resta là à soupirer, les deux mains crispées sur le volant, avant de reprendre la route. Le paysage défilait dans les rétroviseurs, laissant au loin Hebgen Lake et son frère. Au bout de quelques heures de route, il rallia la civilisation et West Yellowstone pour finalement se garer au pied de ce grand immeuble qui ressemblait à tant d’autres dans la ville.

Dean prit une grande inspiration et se dirigea vers l’entrée, d’un pas hésitant, presque intimidé par la bâtisse. Il patienta quelques minutes sur une chaise, feuilletant un des nombreux magazines automobiles qui lui faisaient de l’œil. Puis la porte s’ouvrit, laissant apparaître un homme d’un certain âge vêtu d’une blouse blanche…

″Monsieur Nugent ?″

″Oui ! C’est moi !″ (en reposant sa revue)

″Entrez, je vous en prie…″ (en joignant le geste à la parole) ″Prenez place !… Monsieur Nugent… Ted Nugent…? Ce serait pas une star du rock ?″

Dean sourit à cette remarque.

″Vous avez une excellente culture rock, Doc !″

″N’est-ce pas ?″ (en souriant fièrement) ″Mais revenons à des choses plus sérieuses !… Nous venons de recevoir vos résultats et…″ (d’un air grave)

Dean n’entendit pas la fin de la phrase. Son esprit s’était déjà évadé ailleurs. Quand il s’agissait de mauvaises nouvelles, le cerveau employait parfois de drôles de stratégies… Et il était bien question de ça... Sinon, pourquoi aurait-il à ce point pâli ?

″… examens complémentaires… Monsieur Nugent ? Monsieur… ?″
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 10 Aoû - 19:39

Deux jeunes enfants, un petit garçon et une petite fille, discutaient innocemment au bord de l'eau, les yeux plongés dans ceux de l'autre.

"Tu as toujours habité ici ?"

La petite fille aux longs cheveux blonds ondulés le regarda de ses yeux bleu océan et hocha la tête. Elle se sentait bien en sa présence... Il l'intriguait aussi... C'était si curieux de vivre là...

"Tu veux venir avec moi ?" Viens !

Le jeune garçon fit un petit signe de tête avant de s'avancer dangereusement vers le lac, vers cette main qui se tendait vers lui, attirante... Il avait déjà de l'eau jusqu'à la taille et continuait à s'y enfoncer, heureux à l'idée de rester avec sa nouvelle amie...

"William ! William ! Mon Dieu ! William ! Mon chéri ! WILLIAM !!!" (presque hystérique)

Elle tira son enfant de l'eau et l'emporta tremblant loin de ce lieu maudit.

"Elle, je l'aime pas !" (dans un murmure boudeur)

"Toi, ne t'approches plus jamais de lui ! Tu m'entends ?! PLUS JAMAIS !"

"Je l'aime vraiment pas..." (murmure)

Le temps qu'elle se retourne pour déverser une nouvelle fois toute sa haine, la fillette avait disparu. Elle fronça les sourcils, apeurée... Non. Terrifiée.

Nouveau flash. La mère était étendue morte devant sa maison, les yeux grands ouverts, les traits figés dans une infinie terreur. De l'eau s'écoulait de ses lèvres. Le petit William gisait non loin de là. Lui aussi avait subi le même sort.

Nouveau flash. Le soleil s'était couché depuis bien longtemps déjà, mais la nuit n'était pas calme pour autant. On pouvait entendre de la rive des rires à peine étouffés... Deux jeunes gens profitaient des rayons de lune pour faire un bain de minuit. Elle se sentait bien en sa présence. Aimée. Chérie. Protégée. Heureuse tout simplement.

"Je pensais que nous étions d'accord, jeune fille !"

La jeune fille en question se retourna brusquement. Elle connaissait cette voix. Oui, elle la connaissait et elle lui faisait peur. Elle ne pouvait se l'expliquer, mais cette voix lui procurait tout à la fois frayeur et assurance. Elle lui tint tête.

"Je ne fais rien de mal !... On se baigne. C'est tout. Ce n'est pas la fin du monde !"

"Sur un autre ton avec moi ! Tu sais ce que j'en pense. Tu ne tremblerais pas comme ça si ce n'était pas le cas..."

"Je n'ai pas peur... C'est juste..."

"La brise fraîche du soir... Mais oui, bien sûr... Maintenant tu vas sortir de là et rentrer à la maison !..."

"Non !"

"Pardon ?"

"J'ai dit non !"

"As-tu idée des ennuis que tu vas causer par ce geste indécent, bien qu'innocent...? Surtout pour un garçon qui n'en vaut même pas la peine."

"Ce garçon, comme tu dis, s'appelle Adrian et il est très gentil. Il m'aime !"

"T'aimer ? Mais tu rêves, ma pauvre petite ! Il s'intéresse peut-être à toi, je te l'accorde, mais de là à t'aimer !... Tout ceci n'est qu'illusion... Je refuse de te voir croire en de vains espoirs... Tu mérites mieux que ça !..."

La jeune fille fronça les sourcils avant d'écarquiller les yeux. Elle venait de comprendre.

"Ne lui fais pas de mal ! Il n'a rien fait !" (affolée)

"Je devrais pourtant... Mais soit. Je veux juste t'ouvrir les yeux. Je veux te montrer la vérité sur la nature humaine..." (avec sérieux) "Paul... Regarde-moi mon coeur ! Regarde-moi et dis-moi qui tu aimes..." (en susurrant ces mots) Aime-moi !...

Le jeune homme pencha sa tête sur le côté, hésitant. Il avait devant lui deux femmes qui rivalisaient en beauté et il ne savait laquelle choisir. Son coeur lui disait la première, mais son esprit penchait plutôt sur la seconde. Cruel dilemme. L'une le regardait avec espoir, l'autre avec le sourire aux lèvres.

"Je... je... Désolé... C'est elle que j'aime !..." (ne détachant pas son regard de la seconde)

"Non ! C'est faux ! Tu m'aimes ! Tu me l'as encore dit tout à l'heure !... Tout ceci n'est que mensonge ! C'est de ta faute tout ça !"

"Je t'avais prévenue, chérie !" (en posant sa main sur son épaule)

"Laisse-moi tranquille !"

Et en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, elle avait disparu. Quant à son compagnon de jeux, il flottait tête dans l'eau...

Nouveau flash. C'était un bar comme on en trouvait partout sur les routes de campagne. Des brutes imprégnées d'alcool... Des prostituées qui se cachaient à peine... et quelques visages humains qui paraissaient amicaux ou mieux, désolés... Au milieu de cette jungle humaine, il y avait cette jeune femme qui ne semblait pas à sa place. Trop prude pour se livrer aux plaisirs de la chair. Trop sage pour se laisser aller à l'ivresse. Trop seule pour ne pas attirer l'attention. Un homme pour le moins entreprenant vint prendre place à ses côtés. Elle tenta de l'ignorer, mais avec sa main baladeuse c'était de plus en plus dur de garder son calme.

"Alors ma mignonne, prête à faire le grand saut ?" (en lui caressant l'entre-jambe)

"Je... Je ne suis pas celle que vous croyez..." (d'une voix timide et en gardant les yeux baissés)

"Ah oui ? Et qui crois-tu être ?"

"Je..."

"Et regarde-moi en face quand je te parle !" (sur un ton menaçant)

Elle leva la tête et le regarda tristement de ses yeux d'un bleu profond.

"Je... je suis fille de bonne famille, monsieur !..." (timide)

"Comment expliques-tu que je ne connaisse pas ton joli minois, mon coeur ?"

"Je suis ici depuis peu, monsieur..."

"Et je suppose que tu ne connais rien de la vie qui règne ici..."

"Non, Monsieur."

"Fais-moi confiance, ma chère enfant, je vais t'y aider..."

Et sur ce, il lui sauta littéralement dessus et commença à soulever ses jupons alors qu'elle criait. La scène devait être normale, car personne ne s'inquiéta de son sort. Personne ne bougea le petit doigt. Enfin, presque. Il y avait encore cette jeune femme qui lui paraissait familière...

"Hé, mon chou ! Pourquoi ne pas t'offrir les services d'une professionnelle au lieu de perdre ton temps avec une novice qui n'en vaut même pas la peine ?"

"On se connaît ?" (en tournant son regard vers elle)

"Pas encore, chéri ! Mais tout ne tient qu'à toi !..." (en prenant une posture aguichante)

Il considéra deux secondes la question et se dirigea avec elle loin des regards indiscrets. Elle revint seule quelques minutes plus tard, sourire aux lèvres mais néanmoins sérieuse.

"Tu ne devrais pas rester là... Je ne serais pas toujours là pour te protéger, tu sais..."

"Mais pourquoi fais-tu ça ? Pourquoi fais-tu ce travail...?"

"Oh, mais ce n'est pas un travail !... Je me fais juste plaisir..."

Nouveau flash. Trois jeunes femmes dormaient paisiblement dans leur chambre. Soudain, il y eut un grand fracas. Une dizaine, peut-être une trentaine de personnes, torches à la main, venaient de forcer la porte et les encerclaient maintenant. Effrayée, la plus jeune tenta de s'enfuir, sans grand succès, sous les regards menaçants mais inquiets des deux autres. Nul doute qu'il existait un lien fort entre elles, mais lequel ? Un des hommes fit un signe de tête.

"Emmenez-les !"

Laisse-nous partir !

L'homme sembla hésiter. Il n'était plus maître de lui-même. Il les aurait même détachées si les autres n'étaient pas intervenus. Il se défendit vaillamment face à ses adversaires, mais tomba néanmoins sous leurs coups.

"Regardez ce qu'elles nous ont forcé à faire ! Sorcières !"

"Vous l'avez fait tout seuls, crétins !"

"Tais-toi, sorcière ! Emmenez-les !"

Nouveau flash. La jeune femme qui se prénommait Sheryn fut jetée dans le lac, lestée de pierres. Elle se débattait mais curieusement, l'eau semblait l'accueillir. Elle s'y sentait bien. Elle était rassurante.

Nouveau flash. La jeune femme repoussa le corps masculin qui gisait sur elle.

Nouveau flash. La jeune femme se fit agressée à l'extérieur du bar et fut miraculeusement sauvée par deux jeunes femmes. Leurs visages... Elle connaissait leurs visages... L'homme... Mort.

Les corps sans vie défilaient dans sa tête. Des dizaines. Des centaines. Peut-être même des milliers. Elle les avait tous croisé un jour. Ils n'étaient plus. Horreur. Terreur. Malheur. Et elle revoyait ce jeune homme qui lui avait tendu les bras... Il pâlissait... pâlissait... pâlissait encore...

"NON ! NON ! NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNNNNNN !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 31 Aoû - 20:17

Sam s'approcha de l'accueil, adressant un sourire des plus charmeurs à l'hôtesse.

"Bonjour..."

Ses yeux se posèrent sur le badge de la jeune femme.

"... Andréa... Dr. Ill ! Pourriez-vous m'indiquer la chambre de la jeune femme qu'on vous a amené cette nuit ?"

Elle le regarda bizarrement, comme s'il disait n'importe quoi, et pour la première fois depuis qu'il était arrivé, il eut peur.

"Rassurez-moi mademoiselle, on vous a bien amené quelqu'un ?"

Andréa fit une moue vexée.

"Pas qu'une seule. On est peut-être perdus dans le paysage, mais ici c'est une clinique de grand standing. La meilleure à des kilomètres à la ronde ! Alors il va falloir être plus précis, mon bon monsieur !" Mais elle se fout de moi, là !...

Sam commençait légèrement à perdre patience. Il ferma les yeux et prit une grande inspiration. Zen. Rester zen. Inspirer. Expirer. Inspirer. Expirer. Inspirer. Ce n'est que l'administration. C'est une invention humaine, pas démoniaque. Je peux résoudre ça avec diplomatie. Il releva le tête et fusilla son interlocutrice de son regard vert, la mettant même mal à l'aise. Vous voulez des détails, hein ? Je vais vous en donner, moi !

"Et une jeune femme aux longs cheveux blonds bouclés, approximativement de votre taille, arrivée chez vous vers... disons quatre heures du matin... Tombée en syncope sur le lieu d'un crime... ça vous dit quelque chose ? Ah, j'oubliais le principal !... Elle avait des ecchymoses à ses poignets et à ses chevilles..."

Cette remarque sembla faire mouche.

"Oh ! Vous voulez sans doute parler de Jane !..."

"Jane ???"

"Oui. Jane Doe. C'est comme ça que l'on nomme les inconnues..."

"Je sais. Alors, ce numéro de chambre ?" (sur un ton froid)

La jeune femme trembla et chercha fébrilement parmi toute la paperasse la fiche d'admission de l'inconnue. Après quelques minutes de recherches acharnées, elle arbora triomphalement le fameux papier. Mais Sam ne partageait pas son enthousiasme. ça faisait près d'un quart d'heure qu'il poireautait là, et il commençait sérieusement à perdre patience. Il tapotait machinalement ses doigts sur le comptoir tout en foudroyant la personne qui se trouvait derrière. Elle déglutit.

"Chambre 13. Vous prenez par là et ce sera la première à gauche."

Sam esquissa un petit sourire poli. Il se souviendrait de l'accueil. Oh oui ! Il secoua la tête et se dirigea vers ladite chambre. C'est là qu'il l'entendit.

"NOOOOOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNNNNNNN !"

Il se précipita vers l'origine du cri, s'inquiétant pour la sécurité de sa propriétaire. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, il déboula dans la chambre. Il fut soulagé de voir que la jeune femme était seule. Affolée. Terrifiée. En larmes. Mais vivante. Vivante et seule.

Il lui fallut quelques instants avant de reprendre ses esprits et de constater la présence du jeune homme qu'elle avait déjà croisé la nuit précédente. Elle le fixa d'un regard plein d'étonnement et mêlé d'incompréhension. Que faisait-il là ? Que faisait-elle là ? Pourquoi elle ne se souvenait pas ? Pourquoi tout était si flou ? Pourquoi se sentait-elle aussi perdue ?

Une infirmière arriva en furie quelques secondes plus tard.

"Vous êtes réveillée à c'que j'vois, mademoiselle...?"

La jeune femme l'observa en penchant légèrement la tête. Qui était-elle ? Qu'est-ce qu'elle lui voulait ? Pourquoi elle l'agressait comme ça ? Elle n'avait rien fait !... Presque par instinct, elle remonta les draps et crispa ses doigts dessus. L'infirmière 'butor' leva un sourcil.

"Comme vous voulez ! Mais faudra bien nous dire un jour ou l'autre qui vous êtes !..."

"Vous ne voyez pas qu'elle est terrifiée...?"

"Z'êtes qui, vous ?"

"Dr. Samuel Ill ! C'est moi qui ai appelé l'ambulance. Je parlais à cette jeune personne avant son malaise..."

"Oh ! Elle parle ?" Aucun respect !

"Elle était en état de choc. Elle ne se souvenait plus de qui elle était ni de ce qu'elle faisait là... mais on pense qu'elle a été agressée..."

"Ici ? Vous rigolez ?" Y'a bien des morts...

Il le pensa bien fort mais ne souffla mot. Ce n'était pas le moment de s'attirer des ennuis.

"Vous mettriez sa parole en doute ?"

"Faudrait déjà qu'elle parle pour ça !..." De mieux en mieux... Mon Dieu, faites que je n'aies plus jamais à revenir ici !...

"Je vois... Vous pouvez nous laisser...?"

L'infirmière resta plantée devant lui.

"Quoi ?"

"Il faut que je m'occupe de mademoiselle..."

"ça ira, merci. Vous avez fait assez de mal comme ça..."

Elle allait répliquer, mais Sam ne lui en laissa pas l'occasion.

"Vous pouvez disposer. J'ai l'affaire bien en mains. Je suis médecin... Je sais ce que je fais. Je saurai m'occuper d'elle..."

L'infirmière parut contrariée, mais devant le regard insistant du pseudo-docteur elle capitula, le laissant seul avec la jeune femme. Enfin ! Il posa un regard chaleureux et plein d'empathie sur la jeune inconnue.

"Bonjour... Vous allez mieux...?"

Elle lui fit un petit signe de tête timide. Avec lui, elle se sentait en confiance. Sam le savait. Aussi voulut-il s'approcher d'elle. Contre toute attente, elle se rétracta.

"Vous ne devriez pas vous approcher de moi... Tous ceux qui m'approchent ont tendance à mourir... Pourquoi ? Pourquoi je suis comme ça ?" (les yeux larmoyants)

Elle déglutit.

"J'aurais dû mourir cette nuit-là ! Oui. J'aurais dû mourir. Je le méritais !... Je le méritais... mais même la mort n'a pas voulu de moi ! Vous y comprenez quelque chose, vous ?"

Sam la regarda tristement. C'était donc ça l'objet de toutes ses craintes !...

"C'est peut-être un signe. Vous savez, vous ne devriez pas dire ça... Je suis sûr qu'il y a quelqu'un qui vous cherche, là dehors... Je suis sûr qu'il y a quelqu'un qui a peur pour vous..."

"Sheryn..."

"Pardon ?"

"Je crois que c'est comme ça que je m'appelle... Sheryn..." (en revoyant la scène où elle était jetée dans le lac)

"Oh ! Donc Sheryn... vous savez ce qu'il vous est arrivé ?"

"J'aurais voulu... Tout est encore flou dans ma tête. Je fais ces cauchemars. J'ai ces... flashs... Je vois ces visages... J'ai l'impression de les connaître, mais je ne sais pas qui ils sont... Certains sont proches... D'autres étrangers... mais d'une manière ou d'une autre, je leur suis reliée... Pourquoi je ne me rappelle pas...?"

"Je suis désolé. Je n'ai pas la réponse à cette question. Mais je sais une chose. Tout finira par revenir"

"Mais quand ?"

Il soupira tristement.

"Je ne sais pas..."

Ils continuèrent à discuter de choses et d'autres, essayant de faire resurgir les bribes d'une mémoire disparue... les bribes d'un passé dormant... Mais après plusieurs heures, ils ne savaient rien de plus que son prénom. C'était bien peu, mais Sam se jurait qu'il l'aiderait à faire la lumière sur tout ça.

Il prit congé de la jeune femme et appela Dean sur son portable. Sans succès. Peut-être ne captait-il pas là où il était. En tout cas, c'était plus qu'improbable qu'il l'ait éteint. Il réessaya plusieurs fois sans obtenir de réponse, si ce n'est celle du répondeur. Dean. Dean. Dean. La situation ne lui disait rien qui vaille... Il était un gibier potentiel. Il était peut-être en danger. A moins que...

"Allô ! Amy ? Sam Ill à l'appareil ! Je me demandais si par hasard Dean n'était pas avec vous... Ah... Non ? Non. Non. C'est rien... Je suis à la clinique d'Hebgen Lake et je n'ai pas de chauffeur... Est-ce que vous pourriez...? Super. Merci !..."

Il raccrocha en soupirant.

"Dean, où es-tu ?" (le regard dans le vague)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kalid
chasseur moyen
chasseur moyen
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3360
Age : 34
Localisation : 78180
frere préféré : Dean
citation du jour : D'amour, mon coeur s'est arrêté de battre...
Date d'inscription : 05/09/2007

MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   Dim 31 Aoû - 20:18

Quand Sam ouvrit la porte de leur bungalow, il trouva son frère affairé autour de tout un tas de paperasses. Son frère était là, bien vivant, et ne semblait pas s'être aperçu de sa présence. Sam était soulagé bien sûr, mais aussi et surtout en colère. Cet idiot était là et il n'avait pas bougé le petit pouce. Il claqua la porte avec violence, faisant sursauter son grand frère.

"Sam... Qu'est-ce que tu fous là ? Tu devrais pas être auprès de ta belle ?" (petit sourire en coin)

"Les visites sont terminées à cette heure-ci !"

Dean regarda machinalement sa montre. Il était déjà si tard ! La tête ailleurs, obnubilé par ces résultats qui ne présageaient rien de bon, il en avait oublié le reste... C'était la première fois que ça lui arrivait et il espérait que ce serait la dernière. Rien que de savoir qu'il avait pu oublier celui qu'il protégeait depuis l'enfance, ça le rendait malade. Plus qu'il ne l'était déjà. Il fronça les sourcils.

"Comment t'es rentré ? T'aurais pas pu m'appeler ?"

Sam était furieux et commençait à ne plus tenir en place.

"Figure-toi que je l'ai fait ! Et tu n'as pas répondu. Ou plutôt si, mais ce n'était que ta messagerie !" Et merde ! J'ai oublié de rallumer le portable !... Quel con !

"Dis-moi ce que je devais faire, hein !?! Dis-moi ce que je devais penser ! J'ai eu peur pour toi !"

Il déglutit et essaya de se calmer. Il avait toujours cette boule dans la gorge qui l'empêchait de respirer... qui l'empêchait de se soulager de toutes ces émotions qui l'assaillaient...

"Il y a toutes ces créatures qui rôdent là dehors... et toi... toi... toi tu ne répondais pas..." (d'une voix qui se faisait de plus en plus timide et en baissant la tête)

"Oh non, je rêve !... On était d'accord pourtant. Pas d'attendrissement !" (avec le plus grand sérieux)

"Arrête de faire comme s'il ne s'était rien passé... comme s'il n'y avait rien de grave !..."

"Mais c'est le cas, Sammy ! Je suis là. En un morceau ! J'n'ai pas croisé une seule de ces saloperies ! ça s'saurait ! JE VAIS BIEN ! TOUT VA BIEN !"

"Ah ouais ? Et comment t'expliques pour ton portable ? C'est par l'opération du Saint-Esprit qu'il s'est retrouvé éteint ?" (en agitant devant son nez l'objet du délit) "La dernière fois, t'as failli mourir !..."

"Tu veux bien arrêter de tout dramatiser...? Tu devrais être heureux. Je suis là... en vie !" Pour l'instant...

Sam crut qu'il allait exploser.

"Moi ? Je dramatise ??? Je m'inquiète pour toi, Dean ! Je n'veux pas te perdre ! T'es mon grand frère. Tu es tout ce qu'il me reste !..." Si tu savais comme je suis désolé...

Ces paroles le touchaient, mais il préférait rester maître de la situation et de ses sentiments. Il aurait l'air fin à chialer comme une fille ! Il leva les yeux au ciel et un sourire éclaira son visage.

"Allez ! Viens voir ton grand frère chéri pour qu'il te fasse un gros câlin !" (en joignant les gestes à la parole)

"J'te déteste !" (en faisant une moue boudeuse)

"Quoi, déjà ? Et moi qui pensais avoir la cote !..." (faux air déçu)

Sam lui adressa un sourire plein de malice.

"Mais bien sûr que si, Deanie !" (en l'enlaçant de ses grands bras)

Dean grimaça. Deanie... ça faisait bien longtemps que son frère ne l'avait pas appelé ainsi. Putain, même à cinq ans, c'était déjà un malin !

Flashback.

"Sammy, il faut que tu manges ! Surtout si tu veux devenir aussi grand que moi !" (sourire aux lèvres)

Cette ruse avait toujours bien fonctionné jusqu'à présent. Aujourd'hui était un jour sans. Aujourd'hui serait une journée que Dean ne serait pas prêt d'oublier.

"J'ai pas faim. Et puis, on a déjà mangé ça hier !..." (d'une voix plaintive)

Dean soupira. Depuis qu'il avait découvert la parole, son petit frère ne cessait de montrer chaque jour de nouveaux aspects de son caractère, de sa personnalité.Curieux. Obstiné. Fine bouche. Qu'est-ce que ce serait la prochaine fois ?

"Sammy... Tu sais bien qu'il ne reste plus beaucoup d'argent et on ne sait pas quand Papa rentrera... Il faut que tu manges, Sammy ! Que dira Papa en rentrant s'il te trouve tout maigre...?"

A ces mots, le petit Sammy pâlit et commença à renifler, si bien que Dean se sentit obligé de le consoler.

"Ne pleure pas, Sammy !"

"Je n'pleure pas ! Un Winchester ne pleure jamais !" (en bombant son petit torse)

Dean sourit à la posture et à la remarque de son petit frère.

"C'est vrai, j'oubliais !... T'es un grand maintenant, Sammy !"

Le principal intéressé fit une moue boudeuse et mit ses mains sur ses hanches, le regard plein de détermination. Dean fronça les sourcils.

"Quoi ?"

"C'est Sam !" Ben v'là aut'chose...

"C'est nouveau ça... D'où ça sort ?"

"Sammy ça fait bébé... et je suis un grand maintenant !..." Ben voyons !

"Peut-être, mais je suis l'aîné. Et toi, tu seras toujours mon petit frère... tu seras toujours mon Sammy..."

"C'est pas juste !..." (en croisant les bras sur son torse)

"Sammy, c'est quelque chose d'affectueux. Il te montre combien les gens autour de toi t'aiment. La famille. Les amis. Tu devrais être fier de ça."

Sam regarda son grand frère dans les yeux pour mesurer l'honnêteté de ses paroles. Il lui sembla que Dean était sincère, mais quelque chose l'interpella. Au grand dam de son frère.

"Et toi, tu n'en as pas. ça veut dire que personne ne t'aime...?" Mais où il va chercher tout ça !...

Dean soupira. Il sentait qu'il venait de se mettre dans un pétrin pas possible. Il voyait les yeux larmoyants de son petit frère. Il lisait sa détresse. Bientôt il serait incontrôlable.

"Mais non Sammy..."

"Mais... Mais... Tu... Tu n'as pas de..." (reniflements) Et c'est parti !

"J'en ai eu un. C'était il y a longtemps. Je l'ai oublié. Papa l'a oublié." Si seulement ça pouvait être vrai !...

"Mais tu dois être triste... Croire que personne ne t'aime !... En plus c'est même pas vrai ! Moi, j't'aime très fort ! Papa aussi bien sûr... mais moins que moi." (en l'enserrant de ses petits bras)

"J't'aime très fort aussi, Sammy !" (en essuyant les quelques larmes qui avaient réussi à se frayer un passage sur ses joues)

"Il faut t'en trouver un !" Aïe !

"Tu sais, Sammy, ce n'est pas la peine !..."

"DEANIE ! J'aime beaucoup... Deanie..." Comment il a su...?

Sam se sentit tout de suite moins enthousiaste quand il vit le visage de son grand frère perdre ses couleurs.

"Pourquoi t'es comme ça ? T'aime pas Deanie ?" (inquiet et prêt à reverser des torrents de larmes)

Dean regarda son petit frère et y lut de l'appréhension et de la détresse. Il ne pouvait pas lui en vouloir. Il ne pouvait pas savoir. Mais qu'est-ce que ça pouvait faire mal !... Il pouvait encore entendre cette douce voix lui murmurer 'Deanie' à l'oreille avant d'aller se coucher.

"Si... Si... Bien sûr que je l'aime. C'est... C'est le plus beau cadeau qu'on ne m'ait jamais fait..." (le coeur au bord des yeux) Ce sera en quelque sorte un hommage... A Maman.

Le sourire que lui rendit son petit frère était pour lui le plus merveilleux des spectacles.

"Deanie ! Deanie ! Deanie !" (en sautillant de joie)

"Mais écoute-moi, Sammy !"

"Oui, Deanie !"

"Tu dois me promettre une chose"

Le petit Sammy hocha la tête.

"Tu ne dois pas en parler à Papa. ça le rendrait trop triste... et tu ne veux pas qu'il soit triste, pas vrai ?"

Il fit un signe de tête négatif.

"ça reste juste entre toi et moi. D'accord ?"

"Pourquoi ?"

"Parce que."

"Parce que quoi ?"

"Parce que je suis un grand."

"Moi aussi j'suis grand !"

"Sammy..."

"Deanie..."

"Arrête avec ça !"

"Deanie ! Deanie ! Deanie ! Deanie ! Deanie ! Dea..."

"ça va ! T'as gagné ! J'vais commander une pizza."

Sam lui lança un petit sourire innocent et partit s'asseoir bien sagement à table. Il avait gagné la bataille et il en était fier. C'était si facile d'utiliser son frère. Dean pourrait rajouter comédien et maître-chanteur à sa liste. Son petit frère ne cesserait jamais de l'étonner.

Un peu plus tard dans la soirée, les deux frères allèrent se coucher. Avant de rejoindre le royaume de Morphée, ils se souhaitèrent mutuellement une bonne nuit et Dean éteignit la lumière.

"Bonne nuit Deanie !..."

Deanie... ça lui rappelait tant de souvenirs... ça lui serrait le coeur aussi... Inconsciemment, il porta sa main à la poitrine.

"Deanie ! Deanie ! D... !" (surexcité)

Dean restait prostré, les yeux dans le vague, et ne semblait plus écouter. Sam s'arrêta dans son élan et fixa son frère d'un air inquiet. De toute sa vie, Dean n'avait jamais réussi à l'ignorer. Là, c'était carrément flippant !

"Dean...?"

Pour toute réponse, il le vit pâlir et porter lentement sa main à la poitrine. Il n'eut pas un regard pour son frère. Il n'eut pas une parole pour son frère. Il était juste là, mais son esprit semblait absent. Ce n'était pas pour rassurer Sammy. Il se précipita vers son grand frère et lui tapota les joues pour tenter de le faire réagir.

"Hé Dean ! Allez mec, réponds-moi !"

Aucune réaction.

"Dean...? DEAN ! DEEEEEEEEAAAAAAAANNNNNNNN !"

Une étincelle brilla dans ses yeux et son visage reprit des couleurs, au grand soulagement de Sam qui le prit dans ses bras.

"Bas les pattes ! M'appeler Deanie ne te donne pas le droit de me prendre pour ton premier amour ! Allez !... Oust !" (en fronçant les sourcils et en faisant un geste significatif de la main)

"Mais Dean..."

"Il n'y a pas de 'mais Dean' qui tienne !... Allez Sammy, c'est pas comme si l'on ne s'était pas vus depuis longtemps !... Vas-y, tu peux me lâcher ! Je n'vais pas m'envoler !..."

Sam lâcha son frère à contre-coeur. Ce dernier lui fit son petit sourire en coin, ce qui n'annonçait en général rien de bon.

"Mais puisque tu m'aimes tellement, tu pourras ajouter sur ta liste de cadeaux à offrir à ton grand frère préféré un nouveau portable... Ma batterie est morte !"

Sam continua de fixer son frère avec de grands yeux.

"QUOI ???"

"Tu vas bien ?" (inquiet) Mais il s'arrête jamais !

Dean leva les yeux au ciel.

"JE VAIS BIEN !" Evidemment ! J'aurais dû m'en douter !

"Et tes absences alors ? C'n'est rien ?"

"Rien qu'une bonne douche ne puisse régler ! Juste un peu de fatigue. T'avais raison, les recherches c'est vraiment pas mon truc. J'ai pas tenu deux secondes là-bas !... T'auras sans doute plus de chance que moi !"

Sam secoua la tête. Son frère n'était vraiment pas possible !

"Dean..."

"Puisqu'on est d'accord tous les deux, j'irai en premier sous la douche !... Sois sage surtout !" (large sourire)

"Ah ! Ah ! Ah !"

Dean se dirigea vers la salle de bains, plié en deux. Dès que Sam entendit l'eau couler, il jeta un rapide coup d'oeil sur les papiers amoncelés sur la table. Il ne put s'empêcher de soupirer quand il vit que son frère avait simplement photocopié la légende. Qu'est-ce qu'il pouvait être gamin parfois ! Il rangea machinalement les quelques feuilles et en fit un petit tas. Il s'assit en soupirant et tout en se tournant les pouces. Il balaya la chambre des yeux pour se changer les idées... et c'est là qu'un bout de papier attira son attention. Dépassant à peine d'une des poches de la veste de Dean, il lui faisait de l'oeil. D'un autre côté, l'eau coulait toujours. Sam regarda à gauche... à droite... puis se sentant en sécurité, il se laissa pousser par la curiosité et se saisit du précieux sésame. La feuille avait été soigneusement pliée. ça ressemblait si peu à son frère qu'il était de plus en plus difficile pour Sam de résister à la tentation d'en connaître le contenu. Il prit une grande inspiration et déplia la feuille. Il en parcourut les quelques lignes avant de froncer les sourcils. Sale gosse ! Sur le papier son frère avait écrit en lettres calligraphiées :

'Bien tenté, Sammy !' Comment il a su...?

Il lui semblait déjà entendre les éclats de rire de Dean, fier de sa bonne blague. Gamin ! Il ne grandira jamais !

Il y eut un déclic et la porte de la salle de bains s'ouvrit sur un Dean tout auréolé de vapeur. Sam eut tout juste le temps de remettre la feuille de papier à sa place. Tout mais ne pas montrer à son frère qu'il était tombé dans le panneau.

Sam prit de quoi se changer et fonça à son tour dans la salle de bains.

"Place aux jeunes !" (sourire aux lèvres)

"C'est un coup bas ça, Sammy !" (d'un air faussement vexé)

"Ouais... Ouais..." ça veut dire que tu as trouvé ma petite surprise... Pas assez malin, Sammy !

Sur ce, il prit l'ordonnance dans l'autre poche ainsi que ses clés.

"J'vais nous chercher de quoi manger !" (en criant)

Il entendit un vague 'Mhhh...hmmm !' puis il sortit.

Les bras chargés de victuailles et du paquet de la pharmacie, Dean se demandait comment il allait faire pour en parler à Sammy. Oh et puis non ! Le plus simple était encore ne rien lui dire. Fier de cette idée, il mit le tout dans l'Impala. Il s'apprêtait à rentrer dans son véhicule quand son regard s'attarda sur le lac. C'est alors qu'il vit deux silhouettes qui marchaient vers le lac et commençaient à s'y enfoncer. Inexorablement.

"Hé vous là-bas ! Arrêtez ! Vous êtes fous !?!" (en courant vers le lac sans se poser plus de questions)

Quand il arriva à leur niveau, il reconnut de suite la jeune femme dont s'était entiché son frère. Il y avait un homme avec elle. Ils avaient tous de l'eau jusqu'au cou maintenant et continuaient malgré tout d'avancer.

"Sortez de là ou je viens vous chercher !" (en grognant)

"Mais mes soeurs m'attendent !... Vous ne les entendez pas...? Elles ont de si belles voix !..." Ecoute !

"Si belles voix..." (comme hypnotisé) Viens vers nous !

"Non mais je rêve ! Vous allez sortir de là et plus vite que ça ! A part vous et moi, y'a personne d'autre !"

A peine avait-il dit ces mots que le jeune fut happé dans le lac. Sans un mot. Sans un cri. Dean plongea vers la jeune femme et la ramena sur la terre ferme contre son gré.

"Venez ! Il ne faut pas rester ici !" (en la prenant par le bras)

"Non. Je ne peux pas. Je dois rester. Je dois aller rejoindre mes soeurs. Je les entends m'appeler !... Leurs voix sont si tristes !..." C'est bien ma veine !... J'suis tombé sur une dingue suicidaire !...

"Mademoiselle, c'est dangereux !... Vous ne pouvez pas rester ici... Il faut partir !!!" (en s'impatientant)

"Elles ne feraient jamais de mal. Ce sont mes soeurs !" Et bien ! On est avancés avec ça !...

Dean commençait sérieusement à perdre patience. Les victimes qui refusaient d'être sauvées, y'en avait marre !

"Laissez-moi y aller ! Elles m'attendent !" Ecoute !

Dean leva les yeux au ciel. C'en était trop. Que Dieu me pardonne s'il existe ! Il entendit... enfin, il crut entendre comme le bruit des vagues venant se briser sur les rochers...

"SSSSHHHHH... SSSHHHHHH... SSSSHHHHH..."

Il détestait cette sensation... C'était comme si l'on s'insinuait dans son esprit. Il regarda la jeune inconnue d'un air étrange avant de lui décocher un coup de poing qui l'assomma. Toutes les voix se turent à son plus grand soulagement. Il prit la jeune femme sur ses épaules et repartit en direction de l'Impala. Il voulait quitter cet endroit au plus vite. Il n'était pas tranquille. Il avait raison. Dans l'eau, deux silhouettes de femmes. Elles le regardèrent s'éloigner d'un air mauvais. Elle était à elles !

Elles disparurent dans la nuit alors que le corps du malheureux garçon refaisait surface.

Sheryn !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: UN ANGE PASSE...   

Revenir en haut Aller en bas
 
UN ANGE PASSE...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SAL tralala un ange passe ( objectif7 )
» [Collectif] Un ange passe, les anges de la littérature
» un ange passe mais le vespa ne casse pas
» un ange passe
» Les Passeurs de Lumière - Tome 1 : Un ange passe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: ~~vos créations~~ :: fan'fiction-
Sauter vers: